Vin de Pacherinc de Vic-de-Bilh

VIN DE PACHERINC DE VIC-DE-BILH – HISTOIRE

Le nom de cette A.O.C. n’est pas facile à retenir, et pourtant c’est un vin qui mérite le détour.

Complément, en blanc, du beaucoup plus célèbre Madiran, le Pacherenc est un vin original, tantôt sec tantôt moëlleux, offrant un excellent rapport qualité-prix.

Encore un vin du sud-ouest qui gagne à être connu.

Cépages et terroirs :
L’aire d’appellation correspond à celle du Madiran, aux environs de Pau, mais plus au nord, aux confins du Bas-Armagnac.

Il s’agit d’un vignoble très ancien et réputé qui est tombé peu à peu dans l’oubli.

Le cépage principal est l’arrufiac ou pacherenc appelé aussi peau de chien, assemblé avec des cépages locaux tels que le courbu, le manseng, le sémillon et le sauvignon.

Si le petit manseng semble prendre de plus en plus d’importance à l’assemblage, c’est néanmoins à l’arrufiac que ce vin doit l’essentiel de sa personnalité.

Caractéristiques :
Le bouquet est puissant et varié, du fait de la diversité des cépages.

En sec, le Pacherenc est un vin très fruité et arômatique dans lequel on peut retrouver de la pêche ou de l’abricot. En moëlleux, c’est un vin toujours très arômatique aux goûts de miel, amande ou brioche… mais particulièrement souple.

Potentiel de garde et millésimes :
Les secs sont vite prêts et se boivent dans les quatre ans.

Les conserver trop longtemps nuit au bouquet fruité qui la principale qualité de ces vins.

En moëlleux, on peut attendre beaucoup plus longtemps, jusqu’à vingt ans pour les meilleurs flacons.

Néanmoins, il est conseillé de les boire dans les dix ans pour qu’ils expriment toutes leurs qualités.

Les millésimees 97 et 98 n’ont pas été exceptionnels, il faut préférer les 95 et 96.

Que manger avec ces vins là..?
Les secs sont excellents à l’apéritif et accompagnent aussi avec bonheur poissons et viandes blanches.

Les moëlleux sont idéaux sur le foie gras et peuvent réaliser quelques accords surprenants avec certains fromages, les bleus en particulier.

Conseils d’achat :
Ces vins ne sont pas encore très connus donc il est assez rare d’en trouver dans la grande distribution.

Néanmoins, comme beaucoup d’A.O.C. de la même région, les ventes sont en progression constante et on peut voire apparaître des Pacherenc moëlleux dans les foires aux vins.

Ce sont souvent des vins de qualité qu’on peut acheter en confiance.

Nous apprécions particulièrement, en sec et en moëlleux, le Château de la Motte et les productions d’Alain Brumont.

La superficie de ce terroir est d’environ 235 hectares pour une production de 8 500 hl par ans.

Les vins de cette appellation du Sud-Ouest, sont méconnus, mais présentent pourtant une réelle originalité.

Les vins y sont issus de cépages régionaux, tels que l’arrufiac, le courbu mais aussi les plus classiques petit et gros mangengs typique de Jurançon.

Il peut également être ajouté jusqu’à 10% de semillon ou de muscadelle.

Ce vignoble méconnu touche celui de Madiran. Il couvre une superficie de 235 hectares en coteaux.

L’appellation s’étend sur les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées et le Gers.

Le nom de l’appellation provient de l’expression Bi de Bits Pacherads, qui désigne les piquets des vignes, conduites en échalas.

Le terroir est à dominante argilo-calcaire ou argilo-siliceuse.

Les vins sont en général liquoreux, mais on retrouve également quelques blancs secs.

Les vins de Pacherenc sont très aromatiques sur des notes exotiques d’agrumes et de fruits, ils présentent un parfait équilibre entre gras et acidité.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.