Bleuet

BLEUET – HISTOIRE

Le bleuet, du genre Vaccinium, est une espèce indigène d’Amérique. Les premiers explorateurs avaient remarqué les bleuets sauvages lors de leurs expéditions. En 1615, Samuel de Champlain a vu les amérindiens récolter les bleuets sauvages le long du lac Huron. Ceux-ci séchaient les bleuets, les réduisaient en poudre et en faisaient une pâte qu’ils combinaient au maîs, au miel et à l’eau pour en faire un poudding appelé “Sautauthig”. Lewis et Clark, lors d’une expédition, trouvèrent des indiens qui fumaient le bleuet pour le conserver pour l’hiver. Un repas, qui leur fut servi par les amérindiens, contenait des bleuets sauvages qui étaient pilés avec de la viande avant d’être fumés et séchés. Les amérindiens prisaient particulièrement le bleuet sauvage à cause de la forme de sa fleur qui formait une étoile à cinq branches. Il pensaient que le Grand Esprit avait envoyé ce fruit à la fleur en forme d’étoile pour calmer la faim de leurs enfants en période de famine.

Les premiers colons et les amérindiens appréciaient le fruit comme ingrédient de base de leur alimentation et même comme médicament. Ils incorporaient le bleuet dans leur diète, le mangeaient frais cueilli sur le buisson et l’ajoutaient dans la soupe, les ragoûts et dans plusieurs autres plats dont on voulait rehausser la saveur. Aujourd’hui, le bleuet est l’un des fruits les plus populaires en Amérique. Il est utilisé dans la confection de muffins, gâteaux, tartes, confitures, biscuits et même de vin et d’apéritif.

Les efforts d’Elizabeth White et du Dr.Frederick Coville, au début du 19e siècle, pour domestiquer le bleuet géant sauvage ont menés à la création d’une industrie du bleuet cultivé. Leurs efforts ont résultés en la création d’un fruit dodu, juteux, sucré et facile à cueillir dont ont peut jouir aujourd’hui. L’Amérique du nord produit 90% de la production mondiale de bleuets. Le bleuet et la myrtille font partie de la famille des airelles qui comprend 150 espèces, pas toutes comestibles cependant. Le bleuet, originaire d’Amérique du Nord, est surtout cultivé au Canada et aux États-Unis. Très rare en Europe, il a été introduit récemment en Australie. Il pousse à l’état sauvage dans les bois, les tourbières ou en montagne. Les Indiens d’Amérique du Nord se servaient de bleuets pour assaisonner le pemmican, concoction de viande séchée et de gras.

BLEUET – VERTUS

Le bleuet est un des rares aliments de couleur bleu. Sa couleur est due à un taux très élevé d’anthocyane. L’anthocyane est un pigment dont la couleur varie du rouge au bleu en fonction du pH du milieu ambiant, on le retrouve dans le bleuet mais aussi dans le raisin. L’anthocyane est soluble dans l’eau et c’est par la chimie des acides et des bases qu’on explique ce passage du fruit rouge violacé au fruit bleu. Leur couleur d’un rouge intense au bleu, et leur teneur en pigment, font qu’ils sont utilisés comme ingrédients pour colorer certains aliments.

Les Amérindiens utilisaient aussi le bleuet pour ses propriétés médicinales et fabriquaient un thé fortement aromatique à partir des racines. Il était utilisé comme relaxant pendant la grossesse. Les premiers livres de médecine américains rapportent l’usage de ce thé qui est recommendé, aux femmes des premiers colons, au moment de l’accouchement. Le jus de bleuet était utilisé contre la toux et le thé fabriqué à partir des feuilles était considéré comme un bon tonique pour aider à purifier le sang.

Le bleuet et la myrtille sont une source de vitamine C, de potassium, de sodium et de fibres. Ils renferment plusieurs acides, notamment l’acide oxalique, malique et citrique ainsi que des anthocyanides. Ces derniers seraient responsables de l’efficacité des bleuets à traiter les infections urinaires. On les dit astringents, antibactériens et antidiarrhéiques.

BLEUET – SAVOIR ACHETER

N’oublions pas que cette petite fleur est le symbole de la république depuis la révolution. Choisir des fruits bien colorés, non ratatinés et exempts de moisissures.
Les bleuets et les myrtilles sont fragiles. Les placer au réfrigérateur sans les laver, ils se conserveront quelques jours. Enlever les fruits endommagés, car ils feront pourrir les autres.

Le bleuet et la myrtille se mettent en conserve ou se congèlent. Les congeler tels quels après les avoir lavés, triés et asséchés; l’ajout de sucre n’est pas nécessaire. La congélation altère la saveur et la texture, ce qui importe peu si les fruits sont utilisés pour la cuisson. Les cuisiner sans les laisser dégeler complètement, ils auront plus de saveur.

BLEUET – CUISINE TRADITIONNELLE

Le bleuet et la myrtille sont fragiles. Les laver brièvement, si nécessaire, juste avant de les consommer. Ces fruits sont excellents, nature. On les mange tels quels ou on les incorpore dans les salades de fruits, les céréales, les crêpes et les gaufres.

On les consomme aussi arrosés de crème fraîche, de jus d’orange, de Grand Marnier ou de vodka. Comme toutes les baies, on les utilise pour confectionner de nombreux desserts, notamment muffins, tartes, gâteaux, crème glacée, yogourt et sorbets. Les bleuets sont délicieux en gelée ou en confiture. On les transforme en jus ou en boissons alcoolisées. On peut aussi les déshydrater. Les Indiens d’Amérique du Nord avaient l’habitude de cuire les bleuets en une pâte concentrée qu’ils faisaient sécher au soleil, ce qui leur permettait de pouvoir les consommer hors saison.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.