Fromages Alsace-Lorraine

FROMAGES ALSACE-LORRAINE – Découverte

En passant par la lorraine avec mes sabots, je n’ai pas rencontré trois capitaines, mais d’excellents petits fromages qui m’ont séduits. Un vieil adage local que m’a soufflé un vieux fromager dit “qui a du lait peut voir venir” , c’était un peu la coutume des gens d’ici qui furent pendant des siècles au balcon de toutes les invasions et dont les terres furent le lit de bien des batailles. Il fallait bien se débrouiller et ceux qui avait la possibilité d’avoir une vache savaient bien que ce minimum les sauveraient de la famine ou de bien d’autres maux. Avec le lait on fait du caillé, des fromages blancs ou fermentés, le petit lait de babeurre, tous ces produits devenaient accessibles aux plus humbles. Aux fromages dit dit “nobles” s’ajoutaient de multiples préparations secondaires de ces caillés, de ces fromages à la pièces, préparation secondaires telle que “la brocotte” dont se régale les habitants vosgiens. En voici le secret que m’a donné une grand mère de Gémé… Elle met à bouillir du petit lait, elle y ajoute , à plusieurs reprises du petit lait froid et du vinaigre. C’est alors qu’il se produit un phénomène et on aperçoit la caséïne du lait se précipiter en une multitudes de petits grains blancs trè fins. Elle les recueille ensuite à l”écumoire ou à l’étamine. Dans les campagnes elle m’expliqua qu’elles faisaient aussi un fromage fort avec un motton, qui se rapproche du motton de la concoillote.

Le Brach

Le brach est un fromage artisanal, local, frais et caillé

Le Brocq

On le fabrique dans la région de Metz, à partir de lait caillé non égoutté, mêlé de lait et de tranches de pain. On donne également ce nom à des fromages artisanaux, malaxés avec divers ingrédients et mis en pots.

Le Munster, Le Munster Géromé.

Le fromage est rare en Alsace, il y en a peu ou pou, mais il est d’une rare qualité. Nous ne connaissons pour l’Alsace qu’un seul grand fromage, le Munster. Mais ce fromage est magique et les alsaciens peuvent dire avec fierté, il est à nous. C’est la merveille des merveilles et il a eu la récompense suprême d’avoir son appellation AOC le 21 mai 1969. Comme en plus il est entouré d’une région viticole de rêve il y a de très bons moments à passer avec les produits des cultivateurs ou éleveurs alsaciens. C’est au VII ieme siècle que des moines bénédictins venus d’Italie, s’établirent sur les deux versants des Vosges, dans la vallée de saint-Gérôme,qui s’appelle maintenant la vallée de Munster.Au temps de Charlemagne, aidé par des colons irlandais, ils défrichèrent la région, y créèrent des pâturages, s’occupèrent d’ y élever du bétail et d’y faire du fromage. Bien que Munster est donné son nom à catte merveille de fromage, c’est la petite ville de Gérardmer qui devint le pôle de sa commercialisation. bétail. C’est donc au VIIe siècle, les moines du “Monasterium Confluentes”, dans la vallée actuelle de Munster, ont inventé le “Munster Kaes” pour conserver le lait et nourrir la population nombreuse qui se pressait autour du monastère.

Depuis cette époque, l’Alsace et la Lorraine allient leurs talents pour développer un même fromage : parce que les troupeaux paissaient sur les chaumes du massif vosgien, versant lorrain, et que la location de ces chaumes, due au Duc de Lorraine, se faisait à Gérardmer (Géromé en dialecte vosgien) sous la forme d’une journée de production de fromage, le “Munster Kaes” s’est aussi appelé “Géromé” dès le XIIIe siècle.
Aujourd’hui, le nom de l’Appellation d’Origine Contrôlée conserve ses racines historiques et rappelle cette tradition.

Son terroir : l’Alsace et la Lorraine allient leurs talents pour développer un même fromage. Le munster est toujours fabriqué avec du lait de vache du Massif vosgien. Ces vastes pâturages recouverts d’une herbe épaisse, parsemée de plantes aromatiques, lui donnent son goût inimitable.
Sa fabrication : la transformation du lait en fromage dure environ 24 heures et l’affinage varie de 14 jours à plusieurs semaines selon le poids du Munster. Frotté et lavé tous les deux jours, il prendra progressivement sa belle couleur rouge-orangée, sa pâte s’assouplira et deviendra onctueuse.
Une diversité de formats : de forme cylindrique, le Munster a de 13 à 19 cm de diamètre et de 2,4 à 8 cm de hauteur pour un poids minimum de 450 à 1500 g. Le Petit Munster a de 7 à 12 cm de diamètre, de 2 à 6 cm de hauteur et pèse au moins 120 g.
Munster ou Munster Géromé : deux noms pour un même fromage.

A l’origine le Munster n’était que fermier, aujourd’hui il est malheureusement fabriqué de façon industrielle. Ils sont fabriqués à partir de lait pasteurisé, quel horreur!!! lait qui sont eux même obtenus à partir de laits mélangés… qu’on se le dise… Non nous parlons ici de vrais fromages fermiers qui sont fabriqués l’été dans les hauts de Chaume vosgiens, mais l’hiver c’est à la ferme qu’on le fabrique. On dégustera le Munster de préférence du mois de Novembre au mois de mai. Mais par contre une coutume veut qu’on aromatise le Munster avec des grains de cumin, même si elle a fait son chemin et est très usité de nos jours, est une coutume contre-versée par les puristes. Par contre en Alsace il est souvent servi avec des pommes de terre très chaudes. Ce nectar fermier s’accompagne de nombreux vins d’Alsace, mais c’est avec un Bourgogne rouge, vigoureux du sud de la côte de Beaune que je le préfère: Le Santenay.
Mais il y a chez les industriels locaux quelques productions commerciales qui valent ce quelles valent…. en voici les noms:
Au fromage “Hansi” au Marc de Gewurztraminer, qui existe depuis 1988, s’ajoutent depuis peu d’autres spécialités comme le “Mini Pavé” avec ses 30 g ainsi que des spécialités fromagères “Le Carré Langmuhl” et “Le Rosheim”, très appréciés des crémiers parisiens, mais il ne faut pas confondre crémier et Maître affineur car de ces fromages là, ils n’en raffolent pas.

Les fromages de la Lorraine

Le Géromé

Géromé, c’est ainsi que l’on doit prononcé le nom de la petite ville de Gérarmer. Le Géromé est le plus grand des fromages lorrains. C’est un fromage de montagne, fait à base de lait pasteurisé, à pâte molle et croûte lavée. Il est affiné en cave humide avec de nombreux lavages pendant une durée de un à trois mois. Il contient de 40 à 50 % de matière grasse et s’apparente au Munster. Sa croûte est de couleur rouge sombre, sa pâte est compacte et onctueuse, son odeur forte. On peut y ajouter du carvi de Hollande.
Son poids va de 700 grammes à 1 kilo. Il se déguste à sa plénitude qui va de Novembre à Mai. Je l’ai accompagné avec bonheur d’un pinot noir alsacien.

Le Carré de l’Est

C’est une pâte molle, souvent salée, à croûte lavée ou fleurie. Il contient 45% de matière geasse, il se déguste de septembre à mai.

Le Fremgeye

C’est un fromage au lait de vache à base de pâte fraîche égouttée, poivrée, fermentée durant 1 mois en pot de grès. Il contient 50% de matière grasse. Certains se demandent si son nom n’est pas à l’origine du mot Argot “fromgi”!

Le Mostoffait

C’est un fromage peu égoutté, fouetté, mousseux et frais.

Le Trang’natt

Il est préparé avec du caillé que l’on sale et poivre.

Le Void

Ce fromage de vache a une pâte molle et une croûte lavée.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.