Fromages de Normandie

FROMAGES DE NORMANDIE – Histoire

La Normandie a 2 visages.

Il y a d’une part le littoral et ses côtes d’une étonnante variété ; et puis les pays de l’intérieur caractérisés par des plaines blondes, un bocage frais et vallonné, des forêts de hêtres et de pins, des herbages et des vergers en fleurs. Et puis surtout des vaches… Malgré la progression de la Frisonne, meilleure laitière, la vache Normande continue de prédominer dans les exploitations. En Basse Normandie, Calvados, Orne et Manche, l’agriculture a pris très tôt une allure commerciale.

Dès le 17ème siècle les boeufs gras partaient par convois en direction de Paris et les fromages à pâte molle alimentaient déjà la capitale. Les siècles ont passé mais on parle toujours du triomphe de l’économie laitière. La quantité et la qualité du lait de Normandie est proverbiale. Elle est à l’origine de formidables fromages réputés dans le monde entier et qui font notre fièreté nationale même s’ils sont parfois imités …mais jamais égalés.
Pour ce qui concerne le chapitre des fromages, on distingue le Pays de Bray, en Haute Normandie, qui a donné naissance au Neufchâtel et au Petit Suisse, du Pays d’Auge qui est lui à l’origine des très fameux Camembert, Livarot et Pont-l’Evêque.

Depuis toujours, les fermiers ont su valoriser leur production laitière en créant une diversité de fromages. Aujourd’hui, ces fromages fermiers au lait cru sont au coeur de nombreuses controverses. La plus ancienne oppose les tenants de la pasteurisation aux légitimistes du lait cru. Elle touche sans discernement tous les fromages sans exception. Et il y a encore fort à faire pour résister aux assaults des hygiénistes américains et nord-européens pour préserver nos traditions et notre savoir-faire. Mais la résistance s’organise ! Plus près de nous, c’est le spectre de la Listeria et les affaires qui se sont succédées qui créent des inquiétudes justifiées chez les consommateurs. Les polémiques vont bon train et il n’est pas toujours aisé de démêler le vrai du faux, l’info de l’intox. Que risquons-nous réellement à consommer ces fromages au lait cru ?

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.