Noix de coco

NOIX DE COCO – HISTOIRE

L’image d’Epinal de la Noix de Coco, une coque dure, une chair sèche et une eau sans réel arôme est sérieusement remise en doute à la Réunion ou au Sénégal. Protégée par une coque fibreuse verte ou orange suivant la variété et épaisse, la noix n’est pas vraiment dure.
La chair, tendre et délicate se partage la vedette avec une eau douce et rafraîchissante. Les coco commercialisées en métropole sont bien souvent trop mures, trop avancées en âge.

Quel meilleur plaisir que de goûter une noix déposée de l’arbre à l’instant, avec son eau pure et délicate et sa chair tendre ?

L’arbre est identifiable sans possibilité d’erreur, son tronc lisse et grisâtre, la couronne de feuille découpées et les fruits en permanence suspendus, symbole d’exotisme et d’aventure sont connus de tous.

On en trouve communément dans jardins et parfois en bords de mer, notamment à Grand Anse à la Réunion. Parfois ils servaient à marquer l’entrée des maisons de maîtres ou des chemins vicinaux. On en retrouve au parc Amazone, ou encore autour de certaines maison du côté de Sainte Marie ou Saint Louis, étang du Gol.

La plus forte concentration se trouve néanmoins au Tour de Roches Grande Fontaine, ou la fête du Coco à lieu tous les ans, concours de grimper de cocotier, etc…

Tout la production de l’arbre est exploitable. Le fruit est utilisé tel quel la pulpe se mange et l’eau est parfois vendue au litre. Mais la forte concentration en huile lui permet d’être utilisé à des fins cosmétiques l’huile de coco est vendu sur les marché, pour donner de beaux cheveux.

Les produits fibreux sont exploités pour réaliser de nombreux ouvrages cordages, tapis,…. Le choux du cocotier est également consommé

NOIX DE COCO – VERTUS

Les Cocos nucifera Palmae est sans doute sans qu’on n’en soit sur originaire de Mélanésie, ce palmier symbolise à lui seul les tropiques.
Aux Tuamotu, il est l’arbre providentiel des habitants des atolls, leur fournissant à boire, à manger, de quoi couvrir leur maison, se soigner, etc. coprah, eau, huile, lait, on ne compte plus les cadeaux que le cocotier a fait à l’homme.

Encore verte, la noix fournit une boisson très rafraîchissante, prisée aussi bien des touristes que des Polynésiens. Le cocotier est sans doute l’arbre qui a le plus d’usage en Polynésie française.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.