Ramboutan

Le ramboutan c’est quoi ?

Fruit originaire de Malaisie, le ramboutan pousse en grappes sur un petit arbre à feuilles persistantes. Il est apparenté au litchi et au longane. Il est très répandu dans le Sud-Est asiatique, notamment en Indonésie. Il existe une cinquantaine de variétés.
Le ramboutan est muni de nombreuses pointes crochues qui le font ressembler à un oursin. Son apparence hérissée est à l’origine de son nom, car “rambout” signifie “cheveux” en malais. Le ramboutan à une saveur tantôt sucrée, douce et parfumée, tantôt aigrelette ou acidulée, selon les variétés. Sa graine n’est pas comestible.

Conseil d’achat :
Choisissez un fruit bien coloré, dont la peau est exempte de taches humides. Evitez un fruit terne ou qui sent le suri, car il manque de fraicheur.

Conseil de préparation :
Le ramboutan se pêle facilement. Fendre sa coque délicatement avec les doigts ou un couteau, en évitant de couper la chair, puis la retirer.
Pour une présentation originale, laissez le ramboutan dans sa coque, en n’enlevant que la moitié supérieure. Selon l’usage projeté, dénoyauté le ramboutan ou laisser la personne qui mangera le fruit se charger de l’opération.
Conseil d’utilisation :
On utilise le ramboutan comme le litchi, qu’il peut d’ailleur remplacer. Il est délicieux tel quel ou dans une salade de fruits.
On le cuit avec des légumes et de la viande ou on s’en sert pour farcir de la viande.
Conseil de conservation :
Le ramboutan est un fruit fragile, plus savoureux lorsqu’il est très frais. Le mettre au réfrigérateur s’il n’est pas consommé immédiatemment, il se conservera alors quelques jours.

RAMBOUTAN – SAVOIR ACHETER

Connaitre c’est déjà aimer…

Il est de la famille des Sapindacées
Son nom scientifique est le Nephelium lappaceum L. Ils vient de l’ ouest de la Malaisie et de Sumatra. Il pousse sur un arbre qui est de de taille moyenne de 10 à 25 m. Les arbres des différentes variétés ont une forme de voûte assez variée couronne érigée ou retombant. Dans de bonnes conditions agro-climatiques, l’arbre peut donner des fruits à partir de sa troisième année. L’arbre se plait dans les climats chauds et humides et on considère qu’il est possible de le cultiver jusqu’à 600 m d’altitude. Les rendements varient considérablement de 25 à 250 kg par arbre mais le rendement moyen est d’environ 130 kg par arbre. Il faut 5 à 8 ans pour que l’arbre arrive à sa pleine production.

Le fruit non-climactérique est de forme ronde à ovoïde et sa couleur varie entre le rouge et le jaune selon la variété. La peau est couverte de poils ou de tubercules qui partent de la peau et peuvent faire 1 ou 2 cm de long lui donnant une apparence attirante pour le consommateur. La chair est un arille ferme, sucré, juteux, blanc et translucide qui recouvre un noyau marron foncé aplati. Le ramboutan commercialisé fait de 3 à 5 cm de diamètre; et pèse entre 20 et 60 g et la partie comestible représente 40 à 60 % du fruit. Il y a de nombreuses variétés et clones tels que Champoo, See Champoo, Rom Grien, R134, etc. mais toutes connues sous le nom de ramboutan. Le ramboutan doit être cueilli ou récolté presque dans sa phase de maturité complète. En général l’emballage ne doit pas comporter de trous de ventilation pour éviter l’oxydation du fruit au contact de l’air. A température ambiante (25 à 35° C) la durée de conservation est d’environ trois jours. Dans des conditions optimales de 10 à 12° C avec une humidité relative de 85 à 95 %, le ramboutan a une durée de conservation de 10 à 14 jours. Le fruit non climactérique est récolté en phase de maturité et expédié par voie aérienne pour les transports sur de longues distances. Le ramboutan se consomme en dessert, nature et bien mûr. La peau s’enlève facilement, révélant la chair. Celle-ci se consomme directement et le noyau est jeté. L’Europe est approvisionnée toute l’année par la Malaisie, la Thaïlande, l’Indonésie, Madagascar et l’Afrique du sud, qui sont les principaux pays producteurs.

RAMBOUTAN – VERTUS

Ramboutan et ses vertus

Son nom scientifique est le sephelium lappaceum. Fruit originaire de Malaisie. Sa peau est recouverte de pointes crochues qui lui donnent l’apparence d’un petit oursin. Sa pulpe est juteuse, Il existe de nombreuses espèces de ramboutan en Asie du Sud-Est, région d’où ce fruit est originaire. Ovale ou rond, le ramboutan est protégé par une enveloppe rigide et épaisse de couleur rouge, garnie de longs poils mous, pareils à une chevelure. Plus petit que le litchi, le ramboutan se conserve également moins longtemps. Sa pulpe est blanche, à la saveur acidulée, parfumée et rafraîchissante. Le ramboutan se déguste frais ou en compote et peut être conservé dans du sirop. blanchâtre et translucide. Le ramboutan a une saveur tantôt sucrée, douce et parfumée, tantôt aigrelette ou acidulée, selon les variétés. Choisir un fruit à la peau rouge clair et aux cheveux verdâtres. On utilise le ramboutan comme le litchi. Il est riche en vitamine C.

Le ramboutan appartient à la même famille que les litchis et les longanes. Il contient plusieurs substances nutritives telles que du glucose, des minéraux et de la vitamine C. Au Vietnam, les paysans cultivent trois variétés de ramboutans: les ramboutants ordinaire, longanier et avec écorce. Les arbres sont touffus et leurs fruits sont rouges et jaunes. La pelure a un petit duvet et la pulpe est souvent collée au noyau. Même si certaines variétés ne sont pas juteuses, elles dégagent un parfum sucré et leur goût s’apparente à celui du raisin. Ce fruit se mange frais, séché et en conserve. Un arbre prend entre cinq et six ans avant de produire des fruits. L’arbre atteint sa maturité à l’âge de huit ans et produit environ 200kg de fruits par année. Ces arbres produisent aussi des drogues médicinales qui, par exemple, peuvent soulager les maux de tête.

Le ramboutan : à peu près gros comme des prunes, les ramboutans sont couverts de légères épines d’un brun sombre qui ressemblent à des cheveux, d’où leur autre dénomination de ” litchis chevelus “.

Le ramboutan : à peu près gros comme des prunes, les ramboutans sont couverts de légères épines d’un brun sombre qui ressemblent à des cheveux, d’où leur autre dénomination de ” litchis chevelus “. Leur chair blanche renferme une graine brune et rappelle celle du litchi auquel il est apparenté.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.