Vin du Bugey

VIN DU BUGEY – HISTOIRE

Le vignoble bugiste a une origine gallo-romaine. Lieu de passage des armées romaines puis des invasions sarrasines, le Bugey ballotté de royaume en royaume, passe sous la souveraineté du Comte de Savoie en 1077 pour six siècles. Il prend ainsi son essor à partir du 11ème et 12ème siècle à la faveur de l’implantation des abbayes cisterciennes sur le territoire : L’Abbaye de Saint-Sulpice, située sur la commune de Thézillieu, développera son vignoble dans le clos de Machuraz à Artemare et sur les coteaux de Virieux-le-grand et de Rossillon. Les Dames de Bons poursuivront l’expansion au prieuré de Conzieu. Les chartreux de Pierre Châtel dans le Bas-Bugey. Les moines d’Arvières sur le coteau de Seyssel et de Corbonod.

Le traité de Lyon de 1601 unit pour toujours le Bugey à la France; il devient une marche frontalière avec tout ce que cela implique de dangers mais aussi de dynamisme. Le Rhône dès lors sert de frontière naturelle entre le Bugey englobé au département de l’Ain à la Révolution Française et la Savoie jusqu’à son rattachement à la France en 1860.

Le Bugey a une production annuelle de 22.000 hectolitres. Pour moitié, il s’agit de vins tranquilles, et pour moitié de vins effervescents. Ces derniers sont élaborés soit en méthode traditionnelle, soit par seconde fermentation en bouteille. En rouge, gamay et mondeuse sont les deux cépages principaux du Bugey, mais on trouve aussi du pinot et du poulsard. Ce dernier sert exclusivement à l’élaboration du Cerdon Méthode ancestrale. En blanc : Le chardonnay fournit 80% de l’encépagement total, l’altesse 10% de l’encépagement plus jacquère, aligoté, mondeuse blanche et molette, seul cépage vraiment local.

Cerdon se distingue par la production d’un rosé dont l’effervescence est obtenue par fermentation spontanée en bouteille. Somme toute, c’est ainsi que devait être une bonne partie du vin de Champagne au 16e siècle. La différence, c’est que le cépage employé ici est le gamay et exceptionnellement le poulsard comme dans certaines cuvées spéciales telles celles de C. Bolliet.

A Découvrir : Jean-Christophe Pellerin, vigneron récoltant dans le Bugey, produit des vins très attachant. Chardonnay, Gamay, Pinot Noir et Jacquère sont les principaux cépages qu’il cultive. Blanc, rouge, rosé et pétillant, l’authenticité de ces vins est à découvrir sur son site internet : Vin du Bugey

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.