Apiculture

APICULTURE – HISTOIRE

Des douceurs aux vertus thérapeutiques, valeurs vraies, goûteuses, pleines des réalités quotidiennes de la vie de nos amies les abeilles. L’homme pour une fois n’intervient pas dans sa fabrication. Ce mot prend un autre sens aujourd’hui, puisque cent pour cent naturel. Le miel existe depuis plus de 7000 ans avant J-C , il a traversé les ans comme un élixir de jouvence, comme médicament parfois, mais surtout comme douceur prisée des gourmets.

Le miel est une substance sucrée, utilisée par les êtres humains depuis les temps anciens, fabriquée à partir du nectar des fleurs par les abeilles qui en emploient une partie pour se nourrir. L’apiculture est pratiquée depuis le VIIe siècle avant notre ère.

En Occident, le miel fut pendant des millénaires le seul édulcorant connu, alors qu’en Orient on cultivait la canne à sucre. Tout au long de l’histoire, une mythologie s’est développée autour du miel, soulignant ses nombreuses propriétés médicinales (le miel serait purificateur, antiseptique, tonifiant, sédatif, fébrifuge, apéritif et digestif) et l’érigeant en symbole de vie et de richesse. À l’origine, le miel était rare et fut d’abord réservé au culte religieux, aux nantis et à des utilisations médicinales. On s’en servait entre autres pour vénérer les dieux, pour baptiser, pour nourrir les animaux sacrés, pour soigner, pour embellir la peau, pour embaumer les morts et comme tribut. L’homme pour une fois n’intervenant pas dans sa fabrication. Ce mot prend un autre sens aujourd’hui, puisque cent pour cent naturel. Le miel existe depuis plus de 7000 ans avant J-C , il a traversé les ans comme un élixir de jouvence, comme médicament parfois, mais surtout comme douceur prisée des gourmets. Historique et description.

Le miel est une substance sucrée, utilisée par les êtres humains depuis les temps anciens, fabriquée à partir du nectar des fleurs par les abeilles qui en emploient une partie pour se nourrir. L’apiculture est pratiquée depuis le VIIe siècle avant notre ère.

En Occident, le miel fut pendant des millénaires le seul édulcorant connu, alors qu’en Orient on cultivait la canne à sucre. Tout au long de l’histoire, une mythologie s’est développée autour du miel, soulignant ses nombreuses propriétés médicinales. Le miel serait purificateur, antiseptique, tonifiant, sédatif, fébrifuge, apéritif et digestif et l’érigeant en symbole de vie et de richesse. À l’origine, le miel était rare et fut d’abord réservé au culte religieux, aux nantis et à des utilisations médicinales. On s’en servait entre autres pour vénérer les dieux, pour baptiser, pour nourrir les animaux sacrés, pour soigner, pour embellir la peau, pour embaumer les morts et comme tribut.

Dans les préparations culinaires, l’utilisation du miel dénotait un certain raffinement. Son usage en cuisine relevait du privilège. Le miel a longtemps servi d’agent de conservation pour les fruits et a peu à peu cédé sa place au sucre; depuis le Moyen Âge, le miel est réservé aux confiseries et à une utilisation médicinale en Europe. La production du miel par les abeilles est fascinante. D’abord, les abeilles récoltent le nectar à l’aide de leurs pièces buccales adaptées; elles lèchent le nectar des fleurs et le projettent jusqu’au jabot, une poche située dans le tube digestif, où le nectar et la salive de l’abeille s’accumulent. Une transformation du nectar en miel s’opère par l’action enzymatique de la salive et du suc gastrique qui convertit le sucrose du nectar en glucose et en fructose. Ce nectar est alors déposé par les abeilles dans les alvéoles de la ruche pour être ensuite ventilé à grands battements d’ailes afin de diminuer le taux d’humidité entre 14 et 20%. Cette ventilation peut prendre jusqu’à 20 minutes. Le miel est alors prêt à être consommé. La provenance du nectar fait varier les proportions de glucose et de fructose qui influencent ainsi la consistance du miel. Environ 5 litres de nectar sont nécessaires pour obtenir 1 litre de miel; un seul litre de nectar représente entre 20 000 et 100 000 voyages pour l’abeille. Une colonie d’abeilles, 30 000 à 60 000 peut entreposer près d’un kilo de miel par jour. La quantité et la qualité du miel sont déterminées par des facteurs géographiques, saisonniers et botaniques. Les abeilles ont tendance à récolter une seule sorte de nectar, ce qui contribue à la production de miels distincts, de saveur spécifique. Toutefois, il est important de souligner que les appellations «miel de trèfle» ou autres ne sont pas contrôlées dans tous les pays, y compris au Canada. Il existe une très grande variété de miels. Certains sont faits à partir du nectar d’une seule variété de fleur, tandis que d’autres sont mélangés; on nomme ces miels toutes fleurs, les abeilles ont butiné plusieurs espèces de plantes, ou alors le producteur a combiné plus d’une variété de miel. L’origine florale du nectar influence la couleur du miel, sa saveur et sa viscosité. La couleur du miel varie du blanc au presque noir, en passant par les teintes de brun, de roux et de blond. La saveur varie autant que la couleur; règle générale, plus le miel est foncé, plus sa saveur est prononcée. Parmi les miels les plus courants, les miels de trèfle, de colza et de luzerne sont pâles et de saveur modérée, le miel de bruyère est roux et de saveur forte, tandis que le miel d’acacia est très doux, transparent et liquide.

APICULTURE – VERTUS DU MIEL

Les trois quart de son poids le composant sont énergétiques.

Nutrition: Les glucides du miel contiennent en moyenne 5% de saccharose, 25 à 35% de glucose, 35 à 45% de fructose et 5 à 7% de maltose. À volume égal, le miel renferme plus de calories que le sucre: 5 ml de miel donnent 64 calories et 15 ml de sucre, 48 calories; tandis qu’à poids égal il en contient moins: 21 g, 15 ml, de miel donnent 64 calories et 21 g, 25 ml de sucre, 84 calories. Cette différence provient de son contenu en eau.
Le miel ne contient que des traces de vitamines et de minéraux; du point de vue nutritionnel, le seul avantage qu’il détient sur le sucre est son pouvoir sucrant plus élevé; on le consomme donc en quantité moindre.
Le miel procure une énergie que les sportifs apprécient .Il se digère à cent pour cent , en tous les cas mieux que les sucres divers et ne dégage aucune toxine dans les organismes.Dans le temps il était apprécié par les peuplades anciennes étant considéré comme source de longévité. Comme médicament, ses sécrétions ont la propriété d’accélérer la cicatrisation des brûlures, mais uniquement en application cutanée. Le miel permet de calmer les irritations de la gorge. C’est d’ ailleurs une de ses premières utilisations.

APICULTURE – SAVOIR ACHETER SON MIEL

Bien savoir quelle utilisation vous voulez en faire !
Chaque consommation de miel correspond à produit bien spécifique.Il faut d’abord savoir ce qu’est le miel.le nectar prélevé par les abeilles sur les fleurs , est liquide,pur,et naturel.Les abeilles emprisonnent le miel dans des alvéoles de cire. Il sera donc nécessaire de l’extraire par des méthodes artisanales. Autrefois,les apiculteurs les faisaient fondre par la chaleur aujourd’hui ils l’ extraient en centrifugeuses.Un robinet permet la récupération du liquide. Une fois extrait,le miel se cristallise de façon plus ou moins rapide. Cela dépend de sa teneur en glucose. Seul le miel d’acacia riche en lévulose resta indéfiniment liquide.

Contrairement aux opinions reçues la consistance d’un miel n’a rien à voir avec sa qualité. Le miel n’a jamais la même teinte,la encore sa qualité n’est pas en cause.
Si vous êtes inconditionnel du miel liquide, il suffit de le passer au bain marie quelques minutes sans le faire bouillir.(Maximum 30 degrés} Le miel peut donc être ambré, doré, ou translucide. Achat: Le miel est commercialisé liquide ou crémeux et souvent pasteurisé afin de détruire les levures présentes et d’ainsi éviter que le miel ne fermente. Le miel crémeux est obtenu par l’addition de miel finement cristallisé, ce qui amorce la cristallisation du miel liquide. Ce miel aura une texture fine. À l’achat, s’assurer que le miel est pur à 100% en lisant l’étiquette. Cette appellation fait référence au fait qu’il ne s’agit que de miel et non au fait qu’il n’a pas subi de pasteurisation.

Conservation: Le miel se conserve presque indéfiniment bien scellé et placé dans un endroit frais et sec car son pH acide et sa teneur élevée en sucre le rendent inhospitalier pour les micro-organismes. Le froid épaissit le miel et le cristallise, tandis qu’une température élevée change sa saveur et peut affecter sa couleur, la rendant plus foncée. Le miel se congèle.

APICULTURE – Découverte du miel

Sept fois millénaires, le miel a traversé les âges sans prendre une ride! La récolte du miel se passe en deux temps. La récolte de printemps fin mai- début juin dont le miel provient d’arbres tels que: les arbres fruitiers, le Saule, le Sainfoin, le Luzerne, le Colza, l’ Aubépine et le Pissenlit etc. La récolte d’été, de fin juillet- début aout dont le miel extrait provient: d’Acacia, de Trèfle, de Phacélie, de Mûrier ainsi que de Trèfle blanc. Pour s’y retrouver sachez que le sucre issu du milieu industriel, provient de la bettrave. Il est transformé en morceau puis en poudre ou bien cristallisé.
Le sucre se compose de Saccharose à 100% dénaturé.Il est devitalisé et blanchi au bleu d’Idantrène RS.
A contrario le miel issu du nectar de fleurs est riche et vivant.

Il se compose de Fructose, Glucose, Vitamines, Sels minéraux, Oligo-éléménts, Hormones, diastases, substances aromatiques diverses produits par les abeilles.
Utilisation: Le miel entre dans une variété presque infinie de mets tant sucrés pâtisseries, gâteaux, flans, crèmes, yogourts, biscuits, bonbons, nougats, sirops, pain d’épice et baklava grec, que salés poulet, charcuterie, agneau, canard, couscous. On le met sur les tartines, dans le thé, le café et les tisanes. On l’utilise pour préparer des sauces aigres-douces. Le miel se mesure plus facilement quand il est tiède et si on le verse dans un récipient huilé l’huile l’empêche de coller. Il est l’élément de base de l’hydromel, boisson obtenue par la fermentation alcoolique du miel additionné d’eau. L’hydromel peut également être distillé ou être transformé en vinaigre. Le miel entre également dans la fabrication d’une multitude de produits non alimentaires, notamment de médicaments et de produits de beauté.

Il n’est pas conseillé de donner du miel à un enfant de moins d’un an, une toxine, Clostridium botulinum, pouvant y être présente. Ce type de botulisme ne se produit pas chez les enfants âgés de plus d’un an ni chez les adultes.

Idée gourmande: Le pain d’épices

Ingrédients: 500g de farine de blé, ou 300g et 200g de seigle; 3 cuillères à soupe de sucre brun; 500g de miel liquide, ou tiédir; 1 sachet de levure chimique; 2.5dl de lait; 1 orange
épices; 1/2 cuillère à café: anis, gingembreclous de girofle, cannelle, noix de muscade; une cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger
Faire bouillir le lait avec une pincée de sel, mettre à feu doux ajouter le miel puis laisser tiédir.Dans un récipient, tamiser la farine, la levure, le sucre brun et les épices, bien mélanger. Râper le zeste de l’orange et l’eau de fleur d’oranger, ajouter le mélange lait et miel et bien mélanger, mettre dans un moule beurré et laisser reposer une heure.
Faire cuire le pain d’épices au milieu du four préchauffé pendant 1H30 à 130°C.
Démouler, faire refroidir sur une grille.

APICULTURE – MICRO-ONDES ET MIEL

Du sommet de ma ruche 7000 ans nous séparent pourraient dire madame la reine au sieur micro onde.

Le micro onde peut être utilisé pour faire fondre le miel cristallisé en plaçant le pot de miel solide dans le four pendant 5 min au maximum.
Le miel peut aussi être cuit au micro ondes pendant quinze minutes il permet alors de faire des caramels trés goûteux. Il permet également de cuire le pain d’épices qui serra lus moelleux.

APICULTURE – IDEES ACCOMPAGNEMENTS

Toujours fréquentable le miel à ses fidèles et ses serviteurs.

Le miel serait plutôt accompagnateur, du fromage blanc, de crème fouettée, il sucrera mieux que la saccharose et avec plus de goût et se sera beaucoup plus sain. Le miel accompagnera avec merveille un canard et pour le fin du fin, une lamproie à la romaine sera certainement très appréciée des vrais gourmets.

Biscuits au miel et aux amandes.

Temps de préparation total: 1 h,
pour 80 biscuits
Ingrédients:
750 ml, 3 tasses, de farine
5 ml, 1 c. à thé, de levure chimique
4 oranges non pelées hachées et leur jus
430 ml, 1 3/4 tasse de sucre
5 ml, 1 c. à thé de gingembre
250 ml, 1 tasse de miel
180 ml, 3/4 tasse d’amandes hachées
125 ml, 1/2 tasse d’huile
le zeste d’un citron râpé
7 ml, 1/2 c. à soupe de cannelle
4 ml, 3/4 c. à thé de clou de girofle
1 pincée de muscade moulue
1 l, 4 tasses de sucre glace
90 ml,, 1/3 tasse de jus de citron

Mélanger la farine et la levure chimique. Réserver. Mettre les oranges, 250 ml, 1 tasse de sucre et le gingembre dans une casserole. Laisser mijoter de 20 à 30 minutes, jusqu’à ce que les oranges soient tendres.
Mesurer 250 ml, 1 tasse de cette préparation et laisser dans la casserole. Conserver le reste pour un usage ultérieur. Ajouter le miel, le reste du sucre, les amandes et l’huile. Faire mijoter, tout en mélangeant, jusqu’à ce que le sucre ait fondu. Retirer du feu. Ajouter le zeste, la cannelle, le clou de girofle et la muscade. Incorporer graduellement la farine réservée. Mélanger jusqu’à consistance lisse et homogène.
Préchauffer le four à 180 °C.
Verser la préparation dans deux plaques à pâtisserie beurrées. Faire cuire 15 minutes. Laisser tiédir un peu.
Mélanger le sucre glace et le jus de citron. Etaler sur la pâte, puis couper celle-ci en carrés de 2 cm, 3/4 po de côté avant qu’elle ne refroidisse complètement. Si désiré, garnir de chocolat fondu.

APICULTURE – Les abeilles et le pollen

Il est dans la nature des choses que l’homme ne peut imiter,mais que certains insectes aux pouvoirs créatifs réalisent naturellement. Le pollen qui n’est que poussière à le pouvoir divin de féconder les fleurs. Il est indispensable aux colonies d’abeilles, il est leur nourriture. C’est aussi celle du couvain et ,sans le pollen les larves ne verraient jamais le jour.Les abeilles récoltent le pollen en tricotant avec leurs pattes pour en faire des pelotes.Cette poussière est souvent portée au gré du vent. Les abeilles travaillent à toute vitesse et le pollen tombe sur le pistil des fleurs et les fécondent dans tous les sens ,même n’importe où. Par contre les butineuses ne fréquentent qu’une sorte d’espèce de plante en même temps d’ou la possibilité de sélectionner les différentes sortes de goûts. Elles accélèrent la pollinisation des fleurs,et leur rôle dans la nature est de ce fait primordial.Pour s’en convaincre certains scientifiques ont fait l’expérience suivante. Ils ont entouré les fleurs d’un arbre fruitier,d’un filet aux mailles très étroites, dessous des ruches habitées avaient été déposées.Libérées, les abeilles essayèrent de butiner les fleurs des arbres.Le filet les en empêcha, elles allèrent donc sur les arbres voisins.A la récolte, ils constatèrent que dans les arbres protégés les fruits étaient rabougris, pauvres en couleurs et peu appétissants.

Par contre dans les autres, les fruits étaient restés très beaux, brillants et pleins d’éclats. L’expérience fut recommencée plusieurs années durant. A chaque fois les même constatations furent établies.Ce phénomène est d’autant plus important que les arbres fruitiers pour se féconder doivent être croisés entre eux.Grace aux abeilles et aux pollens le croisement artificiel n’est plus nécessaire. Une ruche peut produire 25 kg de miel par saison.Une abeille butineuse ramène parfois un kilo de pollen dans une seule journée. Nous pouvons alors imaginer et calculer le nombre de voyages effectuer par une abeille dans une seule journée sachant que 150 pelotes de pollen pèsent 1 gramme.Une colonie d’abeilles peut à elle seule visiter donc féconder 5000 000 de fleurs par jours. Parmi les restes à ne pas négliger chez les abeilles existe un produit naturel le PROPOLIS. On l’obtient en grattant les cadres placées à l’intérieur de la ruche.Ce produit naturel dont les romains autrefois faisaient commerce était utilisé par les Incas pour soigner la fièvre, et il était également très prisé dans les médecines populaires. On redécouvre aujourd’hui ses vertus dans les pays de l’est. Il était aussi connu des luthiers italiens de la grande époque,car il donnait une sonorité spécial aux violons.

Stradivaruis le célèbre luthier a malheureusement emporté ses secrets dans sa tombe. Les vertus de ce produit miracle sont nombreuses. En médecine, il cicatrise les plaies,et certaines maladies de peau. Il est utilisé pour cacheter les bouteilles,ou pour cirer le matériel agricole. Autrefois on vernissait les cercueils avec ce produit et la légende raconte que les abeilles accompagnaient les apiculteurs dans leur tombe. Aujourd’hui , on pense plutôt qu’elles suivaient le cercueil attirées par l’odeur du vernis à base de propolis étendu sur le bois que depuis quelques heures.Il est également désinfectant et une version alcoolisé du propolis pourrait remplacer le mercurochrome.La gelée royale est utilisée par les abeilles pour nourrir les larves des cellules royales qui deviendront reines. Les forces magiques de la gelée royale sont la proie des chercheurs,mais à ce jour il à été impossible à l’homme de définir la composition génétique de la gelée royale. Ils ont découverts que,quelques composants aident à l’activation et à la régularisation de notre métabolisme,mais sans faire de miracle. Pourtant la gelée royale augmente la longueur de vie des abeilles , pourquoi ne le ferait elle pas, chez les hommes.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.