Faisan

FAISAN – HISTOIRE

La belle histoire des faisans.

Les faisans figurent parmi les plus colorés des oiseaux. Ils sont légers, souples et agiles et vivent parfaitement en volières. Ejointés sur demande, ils peuvent, après une période d’adaptation en parc couvert, être lâchés dans votre jardin. S’ils acceptent volontiers d’autre espèces comme les paons, poules, pigeons. ils ne supportent pas toujours les autres races de faisans.

Morphologie: Le faisan a le corps allongé, un port élégant, une démarche très rapide et aisée. Le plumage est remarquable par l’éclat et la variété des couleurs chez le mâle. La poule a une taille plus petite et un plumage plus sombre, bien moins éclatant, ce qui rend impossible la confusion entre le coq et la poule. L’on peut aussi trouver de nombreux autres sortes de faisans:
Le faisan à collier, Le faisan Colchide
Le faisan de Mongolie,le faisan versicolore, Le faisan obscur
Le faisan Formose, Le faisan vénéré.

FAISAN – SAVOIR ACHETER

Faisane ou faisan ou la qualité d’un bon choix.

Le gibier à plumes est ramené entier et c’est à la maison qu’il est plumé et vidé immédiatement ou faisandé. Autrefois on faisait faisander jusqu’à huit jours ou même jusqu’à ce que l’oiseau attaché par une patte se retrouve par terre!

Autant dire qu’à ce stade il pouvait être immangeable. Aujourd’hui les goûts ont de plus évolué et deux à trois jours suffisent. En règle générale, le gibier à plumes est faisandé au maximum une semaine. Quels sont les meilleurs gibiers à plumes’ Un mauvais faisan d’élevage est comme un mauvais poulet. Au-dessus perdreau et canard sont bien appréciés. Bécasse et bécassine sont toujours gibiers naturels. Tétralyre de montagne, grouse d’Ecosse sont très recherchés et le top reste sans doute: la sarcelle. A chair délicate, vin délicat. A chair faisandée, vin charpenté. Si vous tombez sur un canard plongeur, n’oubliez pas d’enlever la peau, pour qu’il ne ressemble pas à un
poulet de batterie nourri à la farine de poisson. Car le goût de poisson se concentre dans la peau et diffuserait dans toute la chair. Pas de problème en
revanche pour les canards de surface et autres colverts, qui ignorent le poisson. Une parenthèse pour les Ortolans, petit Bruant d’Europe à la finesse de chair extraordinaire. C’est
toujours une spécialité du Sud-ouest, mais dont la chasse et la consommation sont illégales aujourd’hui.

FAISAN – VERTUS

Des vertus plus qu’il n’en faut.

Moeurs et habitudes. Dans leur jeune âge, les faisans craignent l’humidité; plus tard, ils recherchent les plaines boisées, et particulièrement les terrains humides, près des mares ou des lieux bas. L’eau leur est nécessaire toute l’année.
Le faisan a pour nourriture végétale les plantes et les graines agricoles et forestières de toute sorte, et les petits fruits; il a une prédilection pour les champs de sarrasin et les vignes aux grappes abondantes : il est aussi avide de raisin que la grive. Sa nourriture animale se compose d’insectes, de vers, de limaçons.
Il se plait particulièrement dans les couverts bas, notamment les coupes jeunes et ensoleillées, que l’on trouve dans les taillis sous futaie, ou dans ceux dont les bois sont recépés à de courtes révolutions. On le trouve cependant en d’autres lieux : les perchis des massifs traités en futaie lui servent parfois d’asile; dans les futaies, il aime les ronciers, les hautes herbes, les ajoncs, les bruyères et les genêts, surtout en lisière de bois. Le faisan est un oiseau d’un naturel sauvage, qui n’aime pas la compagnie, et qui fuit même celle de ses congénères; les individus se rapprochent seulement au moment des amours. Dès l’aube, il sort des bois pour aller au gagnage dans les chaumes et les terres, jusque vers 9 heures.

Il peut s’écarter assez loin de son abri. Après avoir satisfait sa faim, le faisan se rapproche du bois; s’il fait sec, il se poudre dans la poussière ou le sable fin pour se débarrasser des parasites qui vivent dans ses plumes. Dans le cours de la journée, par beau temps, il se tient à terre dans les endroits fourrés, tâche de se mettre à l’abri du soleil et recherche la fraîcheur. Par temps humide et froid, il pénètre plus avant dans les bois et se cantonne dans des couverts le mettant bien à l’abri, tels que fougères et bruyères. Par temps de pluie, il se réfugie dans les taillis âgés et les futaies. Vers 16 heures, il retourne au gagnage jusqu’au coucher du soleil. Il réintègre alors les bois et se perche sur les arbres élevés pour y passer la nuit. Ce brancher, toujours bruyant, est une indication précieuse pour les braconniers. Le faisan est polygame. La poule fait seule son nid en avril-mai, à terre, dans les buissons épais. Elle pond 12 à 18 oeufs, qu’elle est également seule à couver, et mène sa famille jusqu’à l’automne. Dans leur premier âge, les faisandeaux mâles et femelles ont le même plumage terne; on distingue les sexes par la couleur de l’iris, qui est blanc chez le coq, brun chez la poule. La mue a lieu à l’automne, et les mâles commencent alors à prendre leur plumage d’adulte.

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.