Goujon

GOUJON – HISTOIRE

Gobio gobio (Linné), 1758 – cyprinidés
Autres noms communs et locaux : boffi, chabroua, gabin, gobi de Riblëyda, goeffon, gofi, goiffon, gouvion, goyon, gressling, grougneau, grouzeau, grundling, jol, kress, kressen, tragan, trégon, trégou, troga, trogon,

DESCRIPTION

Le corps est allongé, le dos est vert-bleu, les flancs sont plus clairs avec une rangée longitudinale de tâches bleues et violettes. La nageoire caudale et la nageoire anale sont ornées de tâches noires.
La mâchoire supérieure porte 2 courts barbillons, la tête est longue, les yeux sont grands. Il y a de 40 à 42 écailles le long de la ligne latérale.
Taille : de 10 à 25 cm. Poids : max. 175 grs.

BIOLOGIE

Le goujon vit près des rives dans les cours d’eau rapides sur des fonds limoneux. On le trouve de plus en plus souvent dans des eaux calmes et riches en matières organiques y compris les lacs
La reproduction s’effectue en mai-juin parmi les pierres et la végétation des eaux courantes. Le mâle arbore alors un tubercule nuptial sur la tête. Les oeufs (de 1000 à 3000 par femelle) incubent pendant 2 à 3 semaines.
Les goujons vivent en bancs au fond de l’eau.

ORIGINE ET DISTRIBUTION

D’après Spillmann (1961), le Goujon, espèce autochtone, est largement répandu dans toutes les eaux suffisamment claires et fraîches; Brunet (1972) le situe entre 42 et 62 degrés de Latitude Nord (isotherme de juillet entre 15 et 27°C). Il a été introduit dans le lac d’Annecy (Vivier, 1939).

PÊCHE

Il se pêche au coup. Autrefois la base même de toute friture, il devient plus rare et reste un poisson intéressant à pêcher.

GOUJON – SAVOIR ACHETER

Poisson de petite taille, 20 cm au maximum, vivant en groupe sur le fond des rivières européennes, de préférence fraîches et rapides.

Le goujon se nourrit de petits animaux (vers, larves, mollusques) qu’il détecte grâce à de petits barbillons situés de chaque côté de sa bouche. Le goujon est un poisson blanc très apprécié des pêcheurs. Il fraie entre avril et août.
Classification : le goujon appartient à l’ordre des Cyprinidés de la classe des Ostéichthyens. Son nom latin est Gobio gobio.

GOUJON – CUISINE TRADITIONNELLE

Le goujon aurait tendance à refaire son apparition en particulier sur certaines portions du Canal de Nantes à Brest. On commence aussi à en retrouver dans toutes les rivières saines, comme la Boutomne dans les Charentes.

Sa chair est réellement délectable, fine et goûtée. Il en faut au minimum 8 par personne. Personnellement je le préfère à la poêle, mais j’ai également goûté des fritures à l’huile d’olive qui ont ravi mon palais.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.