Légume oublié

LEGUME OUBLIE – HISTOIRE

Les oubliés du jardin.

Les “légumes et fruits autochtones” sont relativement peu nombreux dans notre alimentation actuelle. Que ce soit durant l’Antiquité, les Croisades, le Moyen-Age, la Renaissance et surtout le XIXème siècle, nous avons toujours cherché de nouvelles sources d’alimentation et donc de nouveaux légumes, fruits, plantes, herbes ou épices.

C’est ainsi que l’épinard,l’aubergine, la prune, la tomate, le haricot, l’abricot, le topinambour,et surtout la pomme de terre ont été introduits.Par ailleurs, les paysans et le monde rural ont toujours développé une activité de polyculture importante, qui leur a permis de sélectionner les espèces et les variétés qui convenaient le mieux à leur besoin. Au fil des années et des siècles, tous ces végétaux se sont adaptés à chaque biotope et ont donné une multitude de variétés locales, comme le haricot Tarbais, la citrouille d’Eysines, la tomate de Marmande, etc’
Etant fondé sur des variétés “auto-fertiles” et des techniques de greffages, ce mouvement de “bio-diversité” s’est largement développé. Il a connu sa plus grande dimension avec la diffusion de nombreux ouvrages et catalogues, durant la fin du XIXème siècle.
Depuis les années 60, la généralisation des moyens de transports, la concentration industrielle, les impératifs de stockage et de productivité, l’exode rural, les effets de mode et de sélections commerciales éliminent de nos assiettes, de nombreuses variétés ou espèces de légumes et de fruits anciens.
Crosne, giraumon-turban, topinambour, tétragone, museau de lièvre et autre amour en cage ont des noms qui chantent à nos oreilles. Tous ces légumes et ces fruits ont leur histoire et constituent une invitation à la découverte, à l’imagination, à la gastronomie et à la curiosité. Nous proposons donc aux amateurs de naturel et de traditions, de retrouver la richesse et l’ambiance des potagers et des vergers de nos grands-mères.

Bonjour aux courges, aux légumes feuilles, fruits, racines, fleurs, graines, ainsi qu’aux espèces sauvages comestibles, et aux condimentaires.
Le Verger regroupe des variétés locales de pommes, poires, cerises, prunes, pêches et autres petits fruits, cultivés autrefois.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.