Myrte

MYRTE – HISTOIRE

La myrte.

Indigène dans tout le maquis méditerranéen, la myrte est surtout utilisée en Corse, en Sardaigne et en Sicile pour aromatiser le gibier et les viandes grasses.

Les feuilles sont appréciées pour leur goût proche de celui du genièvre et de celui du romarin.

Les branches ajoutées aux braises répandent une odeur très agréable dont les pièces de viande rôtie s’imprègnent.

D’odeur fraîche et fleurie, elle est utilisée dans le traitement des voies respiratoires et en cosmétologie. Elle est obtenue par distillation à la vapeur d’eau des feuilles fraîches.

L’huile essentielle de myrte de Corse, obtenue à partir de rameaux fleuris, se différencie des autres myrtes par sa couleur jaune verte d’où son nom de myrte verte.

Plus douce que l’Eucalyptus elle est particulièrement bien tolérée par les enfants et les personnes âgées.

Usage interne:
– Antiseptique des voies respiratoires.
– Action anticatarrhale, anti-infectieuse et expectorante
– Entérites
– Tonique et astringente cutanée
– Insomnies

Usage externe:
– massages et frictions avec de l’huile d’amande douce sur le thorax et le dos au coucher pour le traitement des voies respiratoires 3 gouttes association avec la verveine.
– Insomnies application sur le plexus solaire et la face interne des poignets, diffusion ou inhalation
– sur le ventre et le bas du dos en cas d’infections urinaires 3 gouttes
– additionnée à de l’huile d’amande douce en soins quotidiens du visage ou 1 goutte dans votre crème de jour.

En application interne et externe:
– traitement des hémorroïdes en association avec le genévrier, cyprès, ou lentisque

MYRTE – VERTUS

De la famille des Myrtacées, deux variétés sont utilisées : l’une donnant une H.E rouge et l’autre une H.E. verte.

On la trouve dans la région méditerranéenne. Les feuilles donnent une huile essentielle jaune-orangé au parfum frais et doux.

Myrtus communis
Populaire dans les cuisines corse et sarde, la myrte est un arbuste aux feuilles très odorantes dont la saveur rappelle le genièvre et le romarin. Elle accompagne le gibier à plumes, le sanglier, la charcuterie et la bouillabaisse. L’essence obtenue de la myrte sert en liquoristerie à la préparation du nerto.

Propriétés :
Antiseptique des voies respiratoires et de l’appareil génital, anti-inflammatoire, tonifiante, énergétisante. Expectorante, antispasmodique, vulnéraire, sédative. Très bon antiseptique atmosphérique. Astringente, balsamique.

La douceur de l’action et son absence totale de toxicité la font recommander pour les affections pulmonaires des enfants.

Indications :

– Circulation : hémorroïdes.
– Excrétoire : infections urinaires.
– Respiratoire : toux, bronchites, asthme, tuberculose.
– Peau : acné, peaux grasses.

Conseils d’utilisation :
Voie Interne : Consultez un Aromathérapeute ou médecin spécialisé. A titre indicatif : 1 à 2 gouttes d’H.E. 3 fois par jour.Elle remplace avantageusement l’Eucalyptus.

Voie Externe : en inhalations ou aérosols, en onctions et massages des plexus. H.E. remarquablement bien tolérée par la peau.

MYRTE – CUISINE TRADITIONNELLE

La myrte et ses propriétés culinaires

Indigène dans tout le maquis méditerranéen, la myrte est surtout utilisée en Corse, en Sardaigne et en Sicile pour aromatiser le gibier et les viandes grasses.

Les feuilles sont appréciées pour leur goût proche de celui du genièvre et de celui du romarin.

Les branches ajoutées aux braises répandent une odeur très agréable dont les pièces de viande rôtie s’imprègnent.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.