Dorade rose

DORADE ROSE – HISTOIRE

Histoire de la dorade rose ou plutôt pageot rose

Les trois espèces de pageots appelés plus souvent Pageot commun sont assez rarement rencontrés par les plongeurs. Ce sont par contre des poissons fréquemment pêchés par les chalutiers et présents à l’étal des poissonniers. Il se caractérise par un profil rectiligne et un museau pointu. De coloration rosée, il asouvent de petits points bleus. Le bord postérieur de l’opercule, de même que l’aisselle des pectorales, sont généralement marqués de brun-rouge. Sa taille est de 50 cm. Le pageot rose le pagellus bogaravéo à un gros oeil, tache noiure derrière la tête, peu visible d’ailleurs chez le jeune, par ailleurs moins rosé que l’adulte.

Le pageot commun est, comme ses proches cousins, un poisson grégaire, semi-pélagique, c’est à dire qu’il vit en pleine eau, quelques mètres au-dessus du fond.Il se trouve principalement entre 15 et 30 mètres de fond en été, beaucoup plus en hiver. Le pageot se nourrit principalement sur le fond, consommant de petits poissons et divers invertébrés. Les autres pageots capturent aussi des proies en pleine eau. Le pageot est un ermaphrodite, d’abord femelle il devient mâle à l’âge de 3 ans. Les pontes ont lieu de la fin du printemps à l’été, et les oeufs se développent en pleine eau. Les deux autres pageots, sont eux aussi des ermaphrodites, ils sont à l’inverse, d’abord mâle puis femelles.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.