Fleurs comestibles

FLEURS COMESTIBLES – UTILISATION

Plusieurs fleurs peuvent être utilisées dans les vinaigrettes, les trempettes ou les sauces. On peut cuire les fleurs de hosta comme on cuit d’autres légumes et on peut les frire dans une pâte pour en faire des beignets bien légers.
Certaines composent des salades délicieusement différentes et d’autres parfument les sucres, sirops, miels, beurres, confitures, gelées et vinaigres.

Cristallisées, elles décorent joliment gâteaux et tartes. Séchées et infusées, certaines permettent d’obtenir de délicates tisanes ainsi que des thés très aromatisés. Nous donnons ici quelques recettes de cuisine, mais de nombreux livres suggèrent de nombreuses autres façons de les apprêter.

Des fleurs de Cucurbitacées en entrée
Dès la mi-août, on les trouve dans certains marchés publics et ce, tant qu’il fait chaud.
Voici une recette simple pour les cuisiner :
Préparez deux plats, un qui contient de la farine blanche et une pincée de sel et l’autre un oeuf battu. Trempez les fleurs courgette ou autre dans l’oeuf puis dans la farine. Faites-les sauter dans du beurre aromatisé d’oignon et de persil. C’est rapide et délicieux!
Pour une entrée plus consistante, vous pouvez farcir les fleurs de riz, de poulet, de carotte ou de fromage.
Une mise en garde cependant: évitez de manger le point de jonction des pétales et du pédoncule, il a un goût amer.

Les tisanes se préparent à partir de fleurs séchées

Des tisanes et des limonades fleuries
Pour préparer une limonade avec des fleurs Achillea, Melilotus, Mentha, Melissa, Bourago, Calendula, etc., utilisez une à deux poignées de fleurs fraîches par litre d’eau, sucrez au goût et laissez macérer une nuit.

Filtrez et réfrigérez immédiatement. Vous pouvez ajouter du citron ou des morceaux d’orange, ainsi que du miel. La limonade maison ne se conserve pas longtemps. Les tisanes se préparent à partir de fleurs séchées. Il est préférable d’effeuiller les fleurs pour faciliter le séchage et de ne pas les faire sécher au soleil. Conservez les fleurs séchées dans des pots en verre à l’abri de la lumière vive.

Fines herbes ou fleurs de vertu

La plupart des fines herbes permettent d’utiliser et la fleur et la feuille quoique cette dernière soit de goût plus prononcé. Plusieurs fleurs de légumes, comme celles des courgettes et du pois, sont aussi comestibles, à l’exception des tomates, pommes de terre, aubergines, piments, asperges et quelques autres.

Certaines fleurs d’arbres et d’arbustes, tels le magnolia, le rosier et le cerisier sont aussi très appréciées pour leur goût plus particulier.
Plusieurs fleurs peuvent être utilisées dans les vinaigrettes, les trempettes ou les sauces. On peut cuire les fleurs de hosta comme on cuit d’autres légumes et on peut les frire dans une pâte pour en faire des beignets bien légers. Certaines composent des salades délicieusement différentes et d’autres parfument les sucres, sirops, miels, beurres, confitures, gelées et vinaigres. Cristallisées, elles décorent joliment gâteaux et tartes. Séchées et infusées, certaines permettent d’obtenir de délicates tisanes ainsi que des thés très aromatisés. Nous donnons ici quelques recettes de cuisine, mais de nombreux livres suggèrent de nombreuses autres façons de les apprêter.

FLEURS – SAVOIR ACHETER

Il est important de ne pas utiliser des fleurs récoltées sur des plants traités aux pesticides. Ne consommez jamais de fleurs achetées chez le fleuriste. La récolte s’effectue idéalement tôt le matin, par une journée chaude, une fois la rosée évaporée et avant que le soleil ne soit trop chaud, ou en début de soirée, juste avant le coucher du soleil. Un excès d’humidité peut décolorer la fleur et même causer une perte de saveur. Le soleil peut aussi dessécher la fleur et diminuer son goût.

Secouez chaque fleur pour déloger les insectes cachés dans les replis des pétales. Lavez les fleurs, après avoir retiré les étamines, sous un fin jet d’eau ou dans une passoire placée dans un grand bol d’eau. Égouttez et laissez sécher sur du papier absorbant. Elles vont conserver leur parfum et leur couleur pour autant qu’elles sèchent vite et ne sont pas exposées directement aux rayons du soleil. Si un paillis a été utilisé, les fleurs ont rarement besoin d’être lavées.

Certaines composent des salades délicieusement différentes et d’autres parfument les sucres, sirops, miels, beurres, confitures, gelées et vinaigres. Cristallisées, elles décorent joliment gâteaux et tartes. Séchées et infusées, certaines permettent d’obtenir de délicates tisanes ainsi que des thés très aromatisés. Nous donnons ici quelques recettes de cuisine, mais de nombreux livres suggèrent de nombreuses autres façons de les apprêter. La plupart des fines herbes permettent d’utiliser et la fleur et la feuille quoique cette dernière soit de goût plus prononcé. Plusieurs fleurs de légumes, comme celles des courgettes et du pois, sont aussi comestibles, à l’exception des tomates, pommes de terre, aubergines, piments, asperges et quelques autres. Certaines fleurs d’arbres et d’arbustes, tels le magnolia, le rosier et le cerisier sont aussi très appréciées pour leur goût plus particulier.

FLEURS – HISTOIRE

Les fleurs comestibles….

Manger des fleurs n’est pas vraiment une nouveauté. En effet, au fil des siècles, utilisées fraîches, séchées ou sous forme de poudre, elles ont agrémenté et parfumé différents mets. Certaines sont appréciées depuis l’antiquité grecque. Les Romains vénéraient la bourrache et le souci pour leurs vertus gastronomiques.

Au Moyen Âge, les roses tenaient une place importante sur les tables des rois.
En Extrême- Orient, plus particulièrement au Japon, pays de toutes les surprises culinaires, un grand nombre de délices repose encore sur l’utilisation des fleurs.

L’introduction de la réfrigération et la grande variété d’aliments disponibles éliminèrent progressivement les fleurs des menus. Récemment, les chefs cuisiniers ont recommencé à les employer comme garniture et, de plus en plus, leur consommation est à la page de la fine cuisine. Les fleurs comestibles offrent aux amateurs une nouvelle palette de couleurs, de formes, de textures, de fragrances et de saveurs.

Ainsi, bien que l’on cultive des fleurs pratiquement à tous les coins de rues, elles ne se retrouvent pas pour autant dans les assiettes. Chaque espèce possède une saveur différente, à vous de les découvrir…, mais attention, toutes ne sont pas comestibles.

Place au dessert : Crème glacée nappée d’un sirop de violette

Laissez mijoter pendant 15 minutes à petit feu 2 tasses de fleurs de violette tricolore, 1 cuiller à soupe de jus de citron, 1½ tasse de sucre et 3 tasses d’eau.
Filtrez le jus et conservez-le sous forme de sirop dont vous vous servirez pour napper une boule de crème glacée. Vous pouvez aussi ajouter de la gélatine pour en faire une gelée. Les deux préparations se congèlent très bien.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.