Serpolet

SERPOLET – Découverte

Thym serpolet porte les noms communs : de thym serpolet, de serpolet, de farigoule en Provence. Son nom latin est le thymus serpyllum. Il est de la famille des labiées ou lamacieae.
Pour un amoureux de la Provence comme moi, le serpolet est une plante sympathique. C’est la farigoule ou la farigoulette des provençaux. On dit aussi férigoule et le nom de Saint-Michel-de-Frigolet, célèbre pour son abbaye, en est dérivé.

Le serpolet pousse aussi chez nous. Ses petites feuilles sont plus claires, plus larges et plus tendres que le thym de nos jardins mais l’odeur caractéristique due au thymol que contiennent ces plantes est bien la même. Cette espèce a de nombreuses formes et sous-espèces différentes. Le serpolet aime les sols secs, légers, caillouteux ou sablonneux mais il ne dédaigne pas les sols argileux. Il pousse un peu partout : forêts, buissons, lisières, bords de chemins, pelouses sèches. Sa hauteur varie de 5 à 30 cm. C’est une plante médicinale et aromatique qui contient de l’huile essentielle, des tanins et du chicotin. C’est aussi une plante mellifère que semble apprécier le bourdon sur la photo !

C’est de terrains arrides que nait l’odorant serpolet. Cousin du fameux thym de Provence, tout comme lui il est chargé d’une histoire, que l’on découvre avec émerveillement. Comment ne pas être émerveillé d’ailleurs devant toutes ces magnifiques et magiques plantes aromatiques que la nature nous offre? Elles sont douées de nombreuses vertus, nous soignent et nous guerrissent, embaument notre cuisine avec leurs aromes délicats et citronnés. C’est de la magie, et depuis des temps très anciens elles nous fascinent. Le serpolet pousse dans les alpilles et ressemble à de la bruyère, comme un tableau impressioniste, du temps ou Van Gogh peignait avec passion les lumières dorées et les couleurs chatoyantes de notre magnifique Provence…

Cousin du fameux thym de Provence, le serpolet est une plante vivace qui pousse en petites touffes avec de nombreuses tiges rayonnantes, rampantes et parfois dressées au sommet, qui portent de toute petites feuilles ovales étroites et à bord enroulé, de couleur verte à vert foncé. Les petites fleurs sont rassemblées en épis terminaux sur la tige, de couleur rose à rouge pourpre ; elle apparaissent à partir de l’été pour durer souvent jusqu’à l’automne ; Le serpolet se plait à pousser en colonies dans les terrains arides ; il reste souvent très localisé et se remarque par sa ressemblance avec une petite plante de bruyère.
l’odorant serpolet ! Les anciens déjà appréciaient le serpolet à cause de son odeur caractéristique, de son parfum agréable tout en nuances, qui est capable de simuler le thym, le citron, la mélisse?Mais aussi à cause de ses nombreuses vertus médicinales. Pline l’ancien le recommandait pour soigner les angines, et beaucoup d’autres maux encore?Mais c’est comme condiment que le serpolet reste très connu : comme le thym il sert à aromatiser les gibiers, les ragoûts, les marinades et en Provence considéré comme plus agréable que le thym, il reste très recherché pour agrémenter des courts bouillons et des saumures pour la préparation des charcuteries.

SERPOLET – VERTUS

Comme toutes les plantes aromatiques, le serpolet possède de nombreuses vertus médicinales, et les connaitre, c’est apprivoiser une nature, qui avec générosité nous donne toutes les clefs. A nous de savoir les utiliser à bon escient et de faire perdurer un savoir séculaire. Le secret des plantes est à la portée de tous ceux qui cherchent à le connaitre…

Le serpolet de tous temps a été utilisé pour soigner, les maux de gorge, les coliques et les vomissements, et au Moyen Âge on ajoutait les maux de tête et la coqueluche. Pline l’ancien, naturaliste et écrivain latin né en 23 après Jésus christ et qui périt lors de l’éruption du Vésuve en l’an 79,le recommandait pour soigner les angines dans sa compilation scientifique: “histoire naturelle” qui comporte 37 livres.

SERPOLET – SAVOIR ACHETER

Le Serpolet est une plante aromatique appelée aussi “farigoule” avec une saveur douce. C’est la même utilisation que le thym, avec les volailles, les viandes blanches, les truites, le mouton, le lapin. Il entre dans la fabrication d’une liqueur.
Originaire d’Asie le thym serpolet appartient à la famille des labiées. Sous le nom latin de Thymus serpyllum, les flores groupent des espèces morphologiquement distinctes et souvent liées à des conditions de milieu particulières. Le Serpolet ou thym sauvage, représente avec le thym vrai deux groupes très voisins. Nommé parfois “thé des bergères” il est commun dans toute la zone tempérée Européenne.

C’est une plante herbacée vivace semi-ligneuse, aux rameaux légèrement lignifiés à la base, couchés ou ascendants. Les tiges souvent anguleuses sont velues. Les feuilles entières très petites rarement au delà de 2 centimètres sont linéaires à ovoïdes ou arrondies et diversement velues. Les fleurs sont de couleur pourpre allant jusqu’au violet sombre. Les fruits sont des polyakènes ovoïdes.
Il se développe dans les endroits secs et ensoleillés, il pousse comme une herbe en touffe, sur le bord des chemins, dans les landes, les pâturages et les dunes. Il se cueille au printemps ainsi qu’au début de la floraison. Vous pouvez récolter la plante entière dans le pré ou les dunes des régions ensoleillées et sèches ou son parfum est le plus fort. Le serpolet s’utilise tout comme le thym dans les préparations culinaires.” Pour ma cuisine, l’arôme est primordial ; on ne peut pas tricher avec les arômes. Le premier travail est donc la cueillette de la plante ; il faut la ramasser avant midi, avant que la sève ne monte. Si la sève s’en va dans la fleur, c’est fini? ”
Coupez délicatement les tiges, toujours avec un couteau, sans enlever les racines. Les herbes pourront de cette manière de nouveau proliférer. Si vous n’avez pas de couteau, maintenez la base de la plante d’une main et, de l’autre, cassez-la. Prenez soin aussi de toujours laisser deux feuilles à leur base. Soyez prudents, cueillez uniquement les herbes que vous connaissez parfaitement. Comme les champignons certaines plantes sont toxiques, voire mortelles. N’hésitez jamais à demander conseil auprès d’un pharmacien ou d’un herboriste qualifié. Enfin, certaines plantes sont protégées, nous vous incitons à les respecter et à préserver la nature en ne les ramassant pas. (La liste de ces plantes est disponible auprès du Service du Patrimoine naturel : Liste des espèces végétales protégées en France, E. Gavazzi, Service du Patrimoine naturel, Muséum national d’histoire naturelle).
Attention ! Certaines plantes pourtant tout à fait comestibles deviennent dangereuses par les parasites qu’elles peuvent transmettre. Au moindre doute, faites-les bouillir quelques minutes. Ne ramassez jamais les plantes au bord des routes, dans des champs traités, aux abords des usines etc’ Renseignez-vous sur les éventuelles pollutions locales.

Conseil : Ne jamais arracher les plantes ! Des cueillettes bien faites peuvent amener les plantes à se développer plutôt qu’à se raréfier.
Sachez ce dont vous avez réellement besoin : ne cueillez que ce qu’il vous est nécessaire.

SERPOLET – TRADITION

Petite histoire : En Angleterre, les jeunes filles avaient coutume d’accrocher un brin de serpolet dans leur chevelure pour attirer l’amour du garçon convoité.
On le disait également bon contre les morsures de serpents ou de scorpions : il suffisait d’en avoir mangé pour ne pas redouter de telles morsures. Ainsi bergers et moissonneurs pouvaient dormir à la belle étoile en toute tranquillité.

nom latin : Thymus serpyllum de la famille: Lamiacées (Labiées)
habitat : Montagne. Talus secs, rochers, bords des chemins.
saison – récolte : Eté, automne. Récoltez plutôt la plante en fleurs car elle est alors beaucoup plus parfumée.
description : Cousin du thym, le serpolet est une plante vivace rampante et odorante. Ses tiges couchées portent de petites feuilles opposées, arrondies. Les fleurs d’un rose-violet sont regroupées en capitules terminaux. Il y a de nombreuses variantes, toutes odorantes, mais pour Marc Veyrat les meilleurs serpolets – qu’il appelle affectueusement ” pimpiolet ” poussent dans sa vallée de Manigod, en Savoie.

Utilisation : Les feuilles et les sommités fleuries, délicieusement parfumées, sont ajoutées aux salades, aux légumes, aux soupes, de préférence en fin de cuisson afin de préserver leur arôme très volatil.
Le serpolet est l’une des plantes favorites de Marc Veyrat qui l’associe à la viande d’agneau et le marie avec audace au melon en dessert.

Un mot sur l’auteur :

Pierre Marchesseau

Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.