Recette Dinde de Licques aux marrons

Recette de: Dinde de Licques aux marrons

qu’immortalisa Pagnol dans le Curé de Cucugnan constitue le plat de résistance traditionnel du réveillon de Noël.

Si vous désirez connaître l’origine de l’histoire de la dinde de Noël vous la retrouverez en fin de page. Joyeux Noël.


1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles Soyez le premier à noter cette recette
Pour laisser une note, pas besoin de vous connecter, mais vous acceptez un cookie (durée 1 an) sur votre appareil.
Pour en savoir plus sur notre politique de confidentialité des données, c'est ici

Type de plat : Plat
Type de cuisine : Cuisine européenne
Temps Total : 80 minutes
Calories : Moyenne
Auteur : Pierre Marchesseau
Temps de préparation : 30 minutes
Temps de cuisson : 50 minutes
Pour 12 Personne(s)
Difficulté : Moyenne
Budget : €€€€

Ingrédients de la recette Dinde de Licques aux marrons

- 1 dinde de 3,5 à 4kg prête à cuire,
- 40 grammes de beurre,
- 150 grammes de lardons maigres,
- 2 oignons,
- 200 grammes de viande maigre de porc,
- 100 grammes de panne de porc,
- 1 grosse pomme acide à chair ferme,
- quatre-épices,
- 2 douzaines de gros marrons au naturel,
- 1 fine barde de lard,
- 10 cl d'huile d'arachide,
- Fleur de sel,
- Poivre en grains au moulin.

Préparation de la recette Dinde de Licques aux marrons

Préchauffer le four à 180°.

Peler les oignons et les hacher.

Faire chauffer le beurre dans une casserole et y mettre à revenir les lardons et les oignons en remuant avec une cuiller en bois.

Ajouter le maigre de porc et la panne de porc hachée, en émiettant le mélange pour assurer une cuisson régulière.

Continuer à faire cuire en remuant. Peler la pomme et retirer le cœur et les pépins.

La hacher grossièrement et l'ajouter au hachis précédent. Saler et poivrer.

Ajouter une pincée de quatre-épices.

Retirer la casserole du feu et incorporer les marrons bien égouttés en les fractionnant grossièrement.

Goûter et rectifier l'assaisonnement.

Remplir l'intérieur de la dinde de cette préparation en tassant bien, puis fermer l'ouverture en la recousant.

Placer la barde fine sur la poitrine et la maintenir en place avec un tour de ficelle.

Brider la volaille, puis huiler légèrement les autres parties.

La poser dans un grand plat à rôtir et enfourner à mi-hauteur à four chaud.

Compter 20 minutes de cuisson par livre en retournant la volaille plusieurs fois, pour qu'elle dore bien sur toutes les faces.

Sortir la dinde du four et la laisser reposer sous du papier d'aluminium pendant une dizaine de minutes, puis la débrider et la découper.

Poser les portions de dinde, avec la farce au milieu, sur un grand plat de service chaud.

Dégraisser le jus de cuisson et le servir en saucière.


La dinde aux marrons.
Ce volatile, déjà domestiqué par les indigènes, a été découvert lorsque Christophe Colomb a découvert l'Amérique en 1492.

Ainsi, croyant à l'époque découvrir les Indes, il appellera cette espèce de gallinacés le "polletz d'Inde" ou "coq d'Inde".

De même en anglais, le mot a été déformé puisque "turkey" vient de la confusion, au XVIè siècle, entre des espèces de gallinacés d'Amérique et d'autres venant d'Afrique, appelée alors "turque".

En 1518 les pères missionnaires Jésuites, accompagnant Cortès au Mexique pour convertir les âmes des "sauvages", apprécièrent ce gibier au point de faire exporter des dindons en Espagne pour la première fois en 1519, puis dans le reste de l'Europe.

En France, ce noble oiseau a été élevé à la ménagerie du château de Louis XIV à Versailles...

Cette volaille se mange rôtie, parfois farcie, et sa chair est très savoureuse.

De plus, sa taille en fait un plat familial idéal, même si depuis les années trente le gabarit des dindes a assez diminué, avec un élevage privilégiant des variétés plus petites, plus adaptées à des familles moins nombreuses et à des fours moins grands.

Mais surtout, ces variétés arrivent à maturité plus vite et coûtent donc moins cher à nourrir...

D'autres volailles ont été servies comme plat principal pour Noël, comme l'oie sauvage ou domestiquée, appréciée depuis le Moyen-Age en Angleterre, Allemagne ou dans certains pays scandinaves.

Déjà consommé par les Romains, le chapon le jeune coq castré connait un nouveau succès lors du festin du réveillon de la saint Sylvestre.

*Les quantités sont toujours données à titre approximatif et pour un nombre précis, elles dépendent du nombre de personnes en plus ou en moins, de la grandeur des plats utilisés et du goût de chacun.



Laisser un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles, à lire ici .

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.