Potage à la Camerani

Recette issue de la correspondance entre Alexandre Dumas père et le baron Brisse

« Monsieur le baron,
« En vieux gourmet dont l’estomac, hélas ! est aujourd’hui un peu blasé et très fatigué, j’ai recours à vous pour retrouver la recette du fameux potage à la Camerani, que je désirerais goûter encore une fois – la dernière peut-être. « Autant qu’il m’en souvient, le macaroni de premier choix et les ingrédients les plus délicats en étaient la base. En 1806, le potage coûtait environ trois louis par convive, etc., etc. »

A cette lettre le baron répond :
« Le cri du coeur de mon correspondant est irrésistible. Je m’empresse de satisfaire à sa demande, et cela d’autant plus volontiers que, sans rien changer à la formule donnée par Grimod de la Reynière, je vais faire entrer en petite cuisine et vulgariser l’illustre potage célébré par tant de poètes.
« Le fond de ce potage, composé par M. Camerani, ancien scapin et semainier perpétuel de la Comédie italienne, gourmand des plus érudits, se compose de foies de poulets. S’ils sont beaux, un seul suffit par convive, et il n’est ni difficile ni ruineux de s’en procurer une demi-douzaine chez les marchands de volailles. »