Languedoc-Roussillon > Lozere

Lozere (Languedoc-Roussillon)

Les meilleures recettes du département : Lozere

recette Cr√®me de ch√Ętaignes

Entrťe

Cr√®me de ch√Ętaignes

8

10min

5min
recette

Calories : Moyennes

recette Sauce caramel au citron

Dessert

Sauce caramel au citron

6

5min

5min
recette

Calories : Elevťes

recette Civet de porc au vin rouge

Plat

Civet de porc au vin rouge

6

20min

120min
recette

Calories : Elevťes

recette Gaspacho aux tomates  et poivron

Entrťe

Gaspacho aux tomates et poivron

4

20min

0min
recette

Calories : Faibles

recette Velouté aux fanes d

Entrťe

Velouté aux fanes d'orties et ravioles

4

15min

30min
recette

Calories : Faibles

recette Soupe froide de concombre

Entrťe

Soupe froide de concombre

4

10min

15min
recette

Calories : Faibles

recette Bruschetta de brandade de morue

Entrťe

Bruschetta de brandade de morue

4

10min

0min
recette

Calories : Faibles

recette Tartine sucrée-salée

Entrťe

Tartine sucrée-salée

1

10min

10min
recette

Calories : Faibles

recette Sauté de veau aux carottes

Plat

Sauté de veau aux carottes

4

25min

60min
recette

Calories : Faibles

recette Gigot d

Plat

Gigot d'agneau confit aux épices

8

25min

420min
recette

Calories : Moyennes

recette Flanchet de veau de l

Plat

Flanchet de veau de l'Aubrac

6

20min

60min
recette

Calories : Moyennes

recette Soupe aux fruits et nutella

Dessert

Soupe aux fruits et nutella

4

5min

3min
recette

Calories : Moyennes

recette Boudins blancs de Mendes

Plat

Boudins blancs de Mendes

4

180min

60min
recette

Calories : Elevťes

recette Soupe aux épinards

Entrťe

Soupe aux épinards

4

10min

15min
recette

Calories : Faibles

recette Tarte aux √©pinards et au saumon sans p√Ęte

Entrťe

Tarte aux √©pinards et au saumon sans p√Ęte

35

15min

35min
recette

Calories : Faibles

recette boulettes douceurs

boulettes douceurs

4

20min

20min
recette

Calories : Faibles

recette Terrine de foies de volailles et porc

Entrťe

Terrine de foies de volailles et porc

6

20min

25min
recette

Calories : Moyennes

recette Sauté de veau aux poivrons rouges

Plat

Sauté de veau aux poivrons rouges

4

40min

70min
recette

Calories : Faibles

recette Veau du Ségala

Plat

Veau du Ségala

6

20min

90min
recette

Calories : Moyennes

recette Bajanat Cevenol aux ch√Ętaignes

Dessert

Bajanat Cevenol aux ch√Ętaignes

4

20min

60min
recette

Calories : Moyennes

recette Carré de chevreuil et fricassée de pommes de terre

Plat

Carré de chevreuil et fricassée de pommes de...

4

25min

25min
recette

Calories : Moyennes

recette Tournedos de veau fermier, embeurrée de choux

Plat

Tournedos de veau fermier, embeurrée de choux

4

15min

150min
recette

Calories : Moyennes

recette C√īte de veau √† la rhubarbe

Plat

C√īte de veau √† la rhubarbe

4

25min

25min
recette

Calories : Moyennes

recette Jambonnettes de volaille aux cèpes

Plat

Jambonnettes de volaille aux cèpes

4

25min

65min
recette

Calories : Moyennes

recette Galette des rois cévenole à la crème de marrons

Plat

Galette des rois cévenole à la crème de marrons

6

10min

25min
recette

Calories : Moyennes

recette Soupe au poulet et pois chiches

Entrťe

Soupe au poulet et pois chiches

4

10min

20min
recette

Calories : Faibles

recette Flanchet de veau au basilic

Plat

Flanchet de veau au basilic

4

20min

60min
recette

Calories : Moyennes

recette Tourte aux viandes blanches

Plat

Tourte aux viandes blanches

6

60min

90min
recette

Calories : Moyennes

recette Pommes de terre aux lardons, sauce roquefort

Plat

Pommes de terre aux lardons, sauce roquefort

4

15min

20min
recette

Calories : Faibles

recette Brochettes de poitrine de poulet marinée au sirop d

Plat

Brochettes de poitrine de poulet marinée au sirop...

4

30min

20min
recette

Calories : Faibles

recette Tarte au fromage blanc, salade de tomates cerises

Entrťe

Tarte au fromage blanc, salade de tomates cerises

4

20min

45min
recette

Calories : Faibles

recette Escalope de dinde panée au bleu

Plat

Escalope de dinde panée au bleu

4

10min

10min
recette

Calories : Faibles

recette Poires au roquefort

Dessert

Poires au roquefort

4

20min

0min
recette

Calories : Faibles

recette Tarte épaisse aux épinards et à la feta

Entrťe

Tarte épaisse aux épinards et à la feta

4

30min

45min
recette

Calories : Faibles

recette Quiche aux asperges et au roquefort

Entrťe

Quiche aux asperges et au roquefort

6

15min

20min
recette

Calories : Faibles

recette Filet de boeuf  en cro√Ľte au foie gras et aux truffes

Plat

Filet de boeuf en cro√Ľte au foie gras et aux...

8

20min

20min
recette

Calories : Faibles

recette Endives au roquefort

Plat

Endives au roquefort

6

15min

0min
recette

Calories : Faibles

recette Salade de légumes sauce roquefort

Entrťe

Salade de légumes sauce roquefort

6

20min

0min
recette

Calories : Faibles

recette Magret de canard au miel et à la Fourme d

Plat

Magret de canard au miel et à la Fourme d'Ambert

4

20min

15min
recette

Calories : Moyennes

recette Beurre de figues au roquefort

Dessert

Beurre de figues au roquefort

12

5min

0min
recette

Calories : Faibles

recette Goujons à la cascamèche

Plat

Goujons à la cascamèche

4

30min

30min
recette

Calories : Faibles



Prťsentation du dťpartement : Lozere

La lozère, 5 pays, 5 terroirs qu'il faut savoir découvrir...et apprécier.

Le Chef lieu du département est Mende. En dépit d'une situation qui peut sembler confiner à l'isolement, Mende se révèle en réalité une ville au dynamisme épatant, s'appuyant sur un tissu associatif particulièrement dense et sur quelques grandes manifestations qui la placent régulièrement sous le feu des projecteurs.

La Lozère une ouverture sur le monde.
Il ne faut ne pas se fier aux apparences et Dieu sait si √† Mende, elles peuvent para√ģtre trompeuses. On pourrait croire Mendes enclav√©e, recroquevill√©e, √©touff√©e m√™me entre ses montagnes que sont la Margeride, les Causses, et les C√©vennes mais en r√©alit√©, il n'en est rien.

Fi√®re de ses 13 000 √Ęmes, la plus petite pr√©fecture de France pr√©sente des atouts propres et s√©duisant, par des dispositions √† l'accueil, une porte ouverte sur les Gorges du Tarn et de la Jonte, sur les Causses et l'Aven Arman.

Au bord des boulevards circulaires, les brasseries étendent leurs terrasses bondées et le lacis de vieilles ruelles convergeant vers la cathédrale ménage de nombreuses surprises architecturales.

Les maisons patinées par les ans, les rues pavées, les toits en lauze de schiste constituent avec tout le patrimoine de la région un détour à ne manquer sous aucun prétexte.

Une ville pleine de vie
Mende surprend également par son dynamisme et son audace, mais surtout par sa jeunesse. Plusieurs fois élue ville la plus sportive de France, la ville bout de grandes manifestations, tels le Trèfle Lozérien ou le semi-marathon Marvejols-Mende.

Ni trop grande, ni trop petite, Mende offre une qualité de vie exceptionnelle, un juste équilibre entre la ville et la campagne.

A Mende, il y a tous les jours quelque chose √† faire, balades gourmandes seul ou accompagn√©, interm√®des musicaux, repr√©sentations th√©√Ętrales ou encore expositions, c'est certainement ce qui lui conf√®re la volont√© de jouer dans la cour des grandes.

A la découverte de l'Aubrac
Sa superficie est de 911 km2 et son point culminant est Le Signal de Maihebiau à 1469m de hauteur.

Le plateau basaltique de l'Aubrac est couvert de rivières et de lacs. Ses immenses paturages sont terres de solitude; Se sont des endroits idéaux pour se ressourcer, l'Aubrac est parsemé de grosses fermes auxquelles on accèdent par des chemins bordés de montjoies qui ne sont que des obélisques traçants la route quand il neige.

C'est une r√©gion unique o√Ļ les vaches de lAubrac se hissent sur des blocs de granit. Le d√©paysement sera garanti. L'Aubrac comblera votre sens de l'odorat, son air est r√©put√© euphorisant !

A la découverte des Causses.
Sa superficie est de 1158 km2. Il se compose de vastes plateaux arides, un peu moins hauts que l'Aubrac, comprenant de nombreux avens et des grottes. La pauvreté de la végétation a permis de développer l'élévage des ovins, que la proximité de Roquefort a encouragé.

Des canyons surprenants entaillent ces plateaux pour permettre au Tarn et à la Jonte de continuer leur voyage au long cours dans de splendides gorges.

Le Point Sublime offre une vision extraordinaire de cette région. Les Causses combleront vos sens, et emmerveillera votre vue : Que ses plateaux pelés et son Point Sublime sont beaux !

A la découverte des Cévennes
Sa superficie est de 1497 km2 et son point culminant le Signal de Finiel est √† 1699 m√®tres au-dessus de la mer. Cette cha√ģne schisteuse est situ√©e entre le Mont Aigoual et le Mont Loz√®re.

Cette région est la plus douce car plus méridionale, elle bénéficie des influence de la grande bleue et des température du midi, c'est une transition progressive entre l'Auvergne et la Méditerranée.

Ses jardins en escalier partagent les espaces avec les ch√Ętaigniers et les m√Ľriers, m√©moires du pays de la soie qu'√©taient autrefois les C√©vennes. Ici on √©levait les vers √† soie par milliers.

Joyau des extr√™mes, le Mont Aigoual, partag√© avec le d√©partement du Gard est r√©put√© √™tre le Mont Sina√Į fran√ßais.

Les Cévennes combleront votre sens du toucher : découvrez la soie que produisent ses bombyx. La sériculture revient dans ce pays qu'elle a profondément marqué ...et c'est tant mieux

A la découverte du pays de la Margeride
Sa superficie totale est de 1601 km2 et son point culminant culmine √† 1551 m√®tres, c'est le Le Truc de Randon. Vieux socle de granit, la Margeride est le coeur vert du d√©partement, son poumon. C'est un immense p√Ęturage entrecoup√© de bois, de pr√©s, de landes et de ruisseaux.

Ces plateaux sont hérissés d'immenses rochers de granit. C'est la coeur de l'ancien Gévaudan, une région au passé dense, aux légendes nombreuses. Jean Lartéguy dans ses livres en a fait une description parfaite et alléchante.

La Margeride comblera votre sens du go√Ľt : venez d√©guster ses baies, ses fruits, ses gourmandises et d√©couvrir ses excellents restaurants !

La Lozère, pays de sources et de ressources.
Son caract√®re montagneux permet √† la rivi√®re la Loz√®re d'arroser les d√©partements limitrophes et bien au-del√†. Les rivi√®res et cascades poissonneuses y sont nombreuses. On pourrait comparer la Loz√®re √† un immense ch√Ęteau-d'eau.

Elle donne naissance, pour l'essentiel à 3 rivières fort connues :

L'Allier
- L'Allier prend sa source au Mont Moure de la Gardille a une altitude de 1503 mètres. Il arrose Brioude, Issoire, Vichy et Moulins avant de se jeter dans la Loire près de Nevers au terme de ses 410 km. L'Allier est l'affluent le plus important de la Loire.

Le Lot
Le Lot prend sa source à la Montagne du Goulet à une altitude de 1499 mètres. Il arrose Mende, Cahors et Villeneuve sur Lot avant de se jeter dans la Garonne près de Damazan au terme de ses 481 km. Les crues du Lot sont soudaines et redoutables, mais c'est aussi une rivière pleine de charme ou il fait bon naviguer quand il fait beau. Il est navigable sans aucun problème de Cahors à Villeneuve sur Lot.

Le Tarn
Le Tarn prend sa source au Mont Lozère à une altitude de 1575 mètres. Il arrose Millau, Albi et Montauban avant de se jeter dans la Garonne après Moissac au terme de ses 375 km. Célébrissime pour ses Gorges : qui n'a pas vu Sainte-Enimie et le Point Sublime ? C'est lui qui régule le micro-climat de la région de Moissac donnant au fameux raisins blancs de table ce talent et cette saveur incomparable.

... et bien d'autres !
Allier, Colagne, Lot, Jonte, Tarn, Truyère, lacs, ... Un vrai paradis pour les pêcheursde truites ou de poissons d'eau douce. Il y a en Lozère 2700 km de rivières en 1ère catégorie.

L'Histoire de la Lozère.
Un peuple de tribus aussi diverses que variées, que César nomme les Gabali et Strabon les Gabales, habitait, à l'époque de la conquète romaine, le pays qui forme aujourd'hui le département de la Lozère.

Ce pays fut rataché par Auguste à l'Aquitaine. Gabalum, ancienne cité des Gabales, qui avait pris sous les Romains le nom d'Anderitum, était, vers l'an 250, devenue le siége d'un évêché qui relevait de la métropole de Bourges.

Les Visigoths qui s'étaient emparés du pays, à la décadence de l'empire romain, en furent chassés par Clovis et ses huns.

On voit dans les livres d'histoire parlant de Gr√©goire de Tours que ce pays s'appelait alors Terminus gabalitanus ou Regio gabalitana. Les √©crivains du moyen-√Ęge le nomm√®rent Pagus gavaldanus. Ce dernier mot a form√© par la suite le nom moderne de G√©vaudan.

Quelque écrivains, grands amateurs d'étymologies, prétendent que c'est de l'ancien nom des Gabales que les Espagnols ont formé le mot Gavacho, par lequel ils désignent quelquefois les Français.

C'est que ce sobriquet injurieux fut d'abord appliqu√© aux habitants du G√©vaudan qui, plac√©s dans des cantons st√©riles, √©taient oblig√©s de s'expatrier et d'aller gagner leur vie en Espagne, o√Ļ ils s'occupaient de toutes esp√®ces de travaux.

C'était à cette époques l'envers des imigrés d'aujourd'hui. Comme quoi l'histoire ne se fait qu'avec des choses qui se font et se défont.

Le Gévaudan eut, sous les rois Francs et sous les Carlovingiens, des comtes particuliers, qui se rendirent héréditaires dans le Xe siècle.

On voit au XIe siècle qu'un certain Gilbert, qui épousa Tiburge, comtesse de Provence, se qualifiait de comte du Gévaudan. Ce Gilbert eut une fille qui fut mariée à Raymond Béranger, comte de Barcelonne, et lui apporta tous ses droits sur le Gévaudan, le Carladès, etc.

La domination des comtes de Barcelonne, sur le Gévaudan, fut l'occasion de discussions graves avec l'évêque de Mende, qui se disait aussi seigneur et comte du pays.

Un de ces √©v√™ques, Adelbert, alla, en 1161, trouver Louis-le-jeune pour lui faire hommage du G√©vaudan et lui pr√™ter serment de fid√©lit√©. On con√ßoit bien l'accueil chaleureux du Roi, qui s'empressa de le reconnaitre comme Seigneur du G√©vaudan, et lui c√©da aussit√īt les droits r√©galiens.

N√©anmoins, les comtes de Barcelonne continu√®rent √† jouir de la seigneurie directe du G√©vaudan, o√Ļ ils poss√©daient le ch√Ęteau de Gredon (Gr√®ze), forteresse inaccessible, situ√©e sur un roc escarp√©.

En 1225, Jacques, roi d'Aragon et comte de Barcelonne, se décida à céder Ie chàteau de Grèze et le Gévaudan à l'évèque et a chapitre de Mende. Mais, il y a lieu de croire que cette cession ne regardait que le titre seigneurial et que Jacques se réservait le domaine utile, puisque, par une transaction passée en 1255 avec Saint- Louis dit Louis IX, le roi d'Aragon renonça, non seulement à ses droits sur la terre de Grèze, mais encore à tous ceux qu'il avait sur le Gévaudan.

L'évêque de Mende conserva la souveraineté du pays jusqu'en 1306. A cette époque, pour mieux s'assurer la possession du reste, il en céda la moitié au roi Philippe-le-Bel, qui en échange lui accorda le titre de Comte du Gévaudan.

On ignore l'√©poque pr√©cise o√Ļ s'op√©ra la r√©union du G√©vaudan au Languedoc, dont il a depuis partag√© toutes les vicissitudes.

Le Gévaudan était divisé en pays haut et pays bas par la rivière du Lot.

Le Langage:
Comme dans toute les régions de France, des dialectes qui ont aujourd'hui disparu étaient parlés par les habitants. Ces patois étaient issus du mélange réalisé par les peuples pendant les guerres, le temps les rendits obsolètes dans beaucoup de régions ils ont aujour'hui disparu.

Le patois de la Lozère est issu du patois auvergnat et languedocien.
- On y trouve un grand nombre de termes espagnols. La prononciation de quelques mots d'origine latine ou française est mème espagnole, ce qui s'explique par les relations des anciens habitants du pays avec les peuples de l'Espagne.
- Toutes les fois que, dans un mot, les consonnes ch sont précédées d'une voyelle, on prononce comme s'il y avait tch.
- Ce patois est en usage parmi les habitants des campagnes et les ouvriers des villes. lI a de la gràce, de la vivacité, il se prète aux façons de parler énergiques et à l'expression des pensées, qu'elles soient caustiques ou spirituelles. Les habitants qui parlent français conservent dans leur langage l'accent particulier des peuples du midi.
- Pour donner une idée du patois de la Lozère, nous allons citer quelques versets d'une traduction de la parabole de l'Enfant prodigue.

Un omé abiou dous fils.
Lou pu geouve d'aquélei diguéti à soun pero: "Moun pero, douno mi la part del bè ché ( prononcez qué), mi deou veni"
Ensi Iou pero li diviset soun bè.

Paou de geours apr√®s, aquest√® pu geouve fil amasset tout aquo siou, s'en an√©t din un pe√Įs √©loignat √© y dissip√©t tout soun b√® en viven din Ia d√©baucho ( prononcez d√®baoutcho)

Apr√®s qu'agu√©t tout despensat arrib√©t uno grando famino dia aquel pe√Įs e el commenc√©t d'√©str√® din l'endigenco.
Alors s'en an√©t √© si m√©tegu√©t al serviss√© d'un des abitants d'aquel pe√Įs, che Iou mand√©t din sas possessions, per faire paiss√© lous pouors.

E aouvio bè bougut si rassasia de carrongeos che Ious pouors  mangeabou ; mè persouno noun l'en dounabo.

Ce qui veut dire...

Un homme avait deux fils.
Le plus jeune dit à sonpère :
"mon père, donnez-moi ce qui doit me revenir de votre bien."
Et leur père leur fit le partage de son bien.

Peu de jours apr√®s, le plus jeune de ces deux fils ayant amass√© tout ce qu'il avait, s'en alla dans un pays √©loign√©, o√Ļ il dissipa tout son bien en d√©bauches.

Après qu'il eut tout dépensé, il survint une grande famine dans ce pays-là , et il commença à tomber en nécessité.
Il s'en allait donc, et s'attacha au service d'un des habitants du pays, qui l'envoya dans sa maison des champs pour y garder les pourceaux.

Et là, il eut été bien aise de remplir son ventre des cosses que les pourceaux mangeaient ; mais personne ne lui en donnait.

Notes biographiques,
Parmi les hommes distingués à divers titres, qui appartiennent au département de la Lozère on remarque:
Le Pape Urbain V,  le cardinal Blain, le chevalier Guérin,  L'évèque de Senlis, qui commandait l'armée française à la bataille de Bouvines, le troubadour Pérignon, fameux au XIIIe siècle ou l'illustre chimiste Chaptal, qui fut membre de I'Institut, Ministre de l'intérieur, Sénateur et pair de France, René de Bernis, Pelet de la Lozère, et l'ancien préfet Monsieur DE Nogaret, administrateur estimé, plusieurs hommes qui ont fait   partie de nos assemblées politiques pendant la Révolution :  Lesterps-Beauvais, Lesterps, Monestier, Servières ou divers officiers généraux de la République et de L'Empire comme Borelli, Brun de Villeret, Chablos, Meynadier, Thilorier, etc..

Le chevalier Du Saillant, gentilhomme du Gévaudan, qui commandait le fameux camp de Jalés; le célèbre Rivarol, un des plus spirituels littérateurs du XVIIIe siècle 1, Pierre Daude, traducteur et biographe; le publiciste Salaville, le médecin Baldit, qui fit connaitre les propriétés des eaux thermales de Bagnols ; le physicien Blanquet, poète et littérateur... etc...


La topographie de la Lozère,
Le département de la Lozère est un département méditerranéen, région du sud, formé principalement du Gévaudan et de parties des diocèses d'Uzés et d'Alais du Languedoc.

- Il a pour limites au nord, les départements de la Haute-Loire et du Cantal, à l'est, ceux de l'Ardèche et du Gard, au sud, ceux du Gard, et de l'Aveyron et à l'ouest, celui de l'Aveyron. Il tire son nom d'une des principales chaines de montagnes qui le traversent.

Sa superficie est de 509,543 arpents métriques.

Le sol.
- Le territoire se divise naturellement en trois régions : au nord, la zone granitique, au centre, la zone calcaire, à base schisteuse, au sud, la zone purement schisteuse.

- Aux deux extrémités du département à l'est et a l'ouest, on remarque quelques terrains volcaniques.

MONTAGNES.
- Le département est sillonné par pIusieurs chaines de montagnes, ramifications de la grande chaine des Cévennes.
- La hauteur moyenne de leurs plateaux est de 750 a 1000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Celle des trois grands contre-forts dont ils dépendent, la Margeride,  la Lozere et les montagnes de l'Aubrac. Leur altitude est de 1350 à 1500 mètres.

De nombreuses sources issues de la masse rocheuse des montagnes donnent des torrents fougueux qui descendent vers la vallée.
- Le premier donne naissance à la rivière Trueyre, l'un des principaux affluents du Lot : le second, au Lot et au Tarn.
- Le troisième, qui s'élève à l'extémité occidentale du département, sur la frontière de celui de l'Aveyron, ne renferme la source d'aucune rivière importante.
- A l'est et au sud-est sur la limite de I'Ardèche , s'élève Ie groupe principal des Cévennes orientales qui donne naissance à une grande quantité de rivières, parmi lesquelles on remarquera l'Allier.

Le Gard ou Gardon a sa source dans la partie m√©ridionale o√Ļ sont les montagnes d'Aigonal.
- Les montagnes du département offrent des vestiges d'anciens voIcans, des roches escarpées, des grottes ornées de stalactites, de belles cascades, des sites sauvages et gracieux, enfin tous les accidents pittoresques d'un pays montagneux.

La Loz√®re, qui lui donne son nom, est une cha√ģne de montagnes qui est moins remarquable par sa hauteur que par ses beaux p√†turages et par la nature des rochers qui la composent : ce sont des granits quartzeux, m√®l√©s de mica noir et de feldspath.

On y trouve aussi d'énormes blocs, armés de pointes saillantes, servent dit-on, de paratonnerres naturels.

Voici la hauteur des principales montagnes et de quelques lieux élevés du département :

Le plateau du Palais du Roi .................1,548 mètres.
La Margeride ......................................1,519 mètres.
La Lozère.................................. .........1,490 mètres.
La source de l'Allier.............................1,532 mètres.
La Cham de la Roche. .........................1,328 mètres.
Le mont Mimat, environ ......................1,111 mètres.
La Causse de Sauceterre, environ............  75 mètres.
Le pont de Langogne............................  896 mètres.
La Causse de I'Hospitalet, environ...........780 mètres.
Le Bois des Armes sources du Tarn et de la Ceze ...........770 mètres.

* Quelques auteurs font na√ģtre Rivarol dans le Gard,¬†d'autres √† Bagnols-les- Bains, dans la Loz√®re.


Forêts.
- Les grandes forèts du département sont celles de Mercoire, du
Fau-des-Armes, du Calcadis, du Champeros, du bois Noir et de l'Aigonal. Elles sont compos√©es de ch√®nes, de h√®tres ou de pins, celle de Gourdouse, compos√©e de h√™tres de l'esp√®ce connue, dans le pays, sous le nom vulgaire de Fayard. On √©value leur superficie √† 32,599 hectares, dont 1,437 hectares appartiennent √† l'√Čtat, et 2,875 hectares aux communes.

Lacs.
- Le département renferme quatre lacs, tous situés dans les montagnes d'Aubrac.
- Ce sont ceux de Born, de Saint-Andéol, de Soubeyrol et de Saillans.
- La forme circulaire du lac de Born fait croire qu'il occupe le cratère d'un ancien volcan.
- Le lac de Saint-And√©ol, qui est le plus grand, semble avoir √©t√©, sinon creus√©, du moins augment√© par le travail des hommes. On remarque √† fleur d'eau au couchant, et du c√īt√© ou est la pente du terrain, les pointes des poutres qui ont servi √† consolider la fondation d'une digue.
- Ces deux lacs sont très poissonneux.
- Ceux de Soubeyrol et de Saillans communiquent ensemble par la rivière de la Garde. Il 'existe depuis longtemps des projets pour leur desséchement, opération qui semblerait pouvoir ètre effectuée facilement, et qui livrerait au pàturage des bestiaux une excellente prairie d'environ 40 hectares de superficie.

Rivières.
- Aucune des rivières du département n' est navigable dans le dpartement. Le pays renferme un grand nombre de cours d'eaux vives et excellentes.

Les quatre rivières principales qui y ont leur source, le Lot, le Tarn, l'Allier et le Gard, donnent leur nom à quatre départements.
- On y compte encore sept rivières secondaires qui sont :
le Bès qui est un affluent dela Trueyre, la Trueyre et la Colagne qui sont des affluents du Lot, le Chassézac est un afluent du Gard, les Tarnon, la Jonte et la Mimente sont les affluents du Tarn.
- Les hautes montagnes de la Lozère et des Gévennes, impriment leurs directions aux rivières, envoient les eaux du Lot, du Tam et de l'Allier dans l'Océan en rejoignant les grands fleuves, et celles du Gard directement dans la Mèditerranée.

Routes.
Le département possède 24 routes royales ou départementales, néanmoins une grande partie des transports s'y fait encore à dos de mulets en montagne.
Depuis quelques années, sous l'effet de la décentralisation, le réseau routier et ferroviaire c'est considérablement développé et les autoroutes nationales et les gares TGV cernent le département.

           

Météorologie.
Climat.
- L'atmosphère est sujette à de brusques variations de température, elle passe quelquefois dans la mème journée d'une chaleur vive à un froid intense. Le pays a d'ailleurs un climat généralement froid et humide.
- Au nord, l'hiver dure six mois, et dans certaines années, neuf mois ; vers le midi, il ne dure que quatre mois.
- En général, la température n'est douce que dans les vallons ou dans la partie des Cévennes située au sud.
- On a remarqué dans le pays que l'hiver était ordinairement rigoureux , le printemps pluvieux, l'été orageux et l'automne beau, mais vers la fin seulement.
- Les extr√®mes limites du thermom√®tre sont commun√©ment de¬† - l5¬į et de + 25¬į R.

Vents.
- Les vents dominants sont ceux du nord et de l'est dans le nord du département, et ceux de l'ouest et du midi dans le sud.
- On redoute pour les vers à soie le vent d'est, qui est sec et chaud et qu'on nomme le marin blanc.

Histoire Naturelle.
Fossiles
- Quelques localités du département renferment des fossiles. On en trouve une grande quantité dans la commune de Barjac. M. Ignon originaire de Mende y a découvert plusieurs ammonites non déterminés et des dépouilles d'ictyosaurus.


La Faune.
- Le département renferme peu de chevaux et un plus grand nombre de mulets. Les moutons y sont petits, mais produisent une laine douce et fine.
- Les bètes à cornes, quoique également de petite taille, y sont vigoureuses.
- Des sangliers, des cerfs et des chevreuils peuplaient autrefois les forèts ; à peine y rencontre-t-on aujourd'hui quelques chevreuils, on y trouve des lièvres et des lapins en quantité. Il y a aussi des blaireaux en petit nombre, mais les renard sont plus communs.
- Les vastes forèts des montagnes donnent asile à des loups de grande taille et très féroces.
- C'est de ces forêts et de cette race de loups que sortit, dans le siècle dernier, la fameuse légende de la bête du Gévaudan.
- On a détruit, en dix ans, de 1821 à 1830,  515 loups et louveteaux et dans ce nombre se trouvaient 52 loups et 61 louves dont 9 pleines.
- Le dogue ou chien de parc est de la plus belle race, et sa force égale son ardeur pour la chasse des animaux sauvages ou pour la défense des troupeaux.
- Parmi les oiseaux de proie on remarque l'aigle royal.
- Le gibier ailé est dans ce département abondant. On y trouve le pluvier doré, la sarcelle, les perdrix, les grives, les cailles, les bécasses, etc.  Enfin les rivières et les lacs fournissent des truites et des anguilles excellentes.

Le monde végétal en Lozère.
- La Flore du département est assez riche.
- On y trouve surtout ces plantes v√©n√©neuses qu'on a su m√©tamorphoser en rem√®des efficaces, telles que la cigu√ę, la jusquiame, le napel, le colchique, la douce-am√®re, la flammule, la pulsatile, la digitale pourpr√©e et l'arnica.

Le nombre de plantes usuelles en médecine ou dans les arts, qui se trouvent dans le département, s'élève à environ à 800 espèces.
- La garance, l'herbe aux tanneurs, la coriara myrtifolia, le genêt des teinturiers, la genista tinctoria, la parelle y croissent spontanément.
- Le tabac, lorsque la culture en était permise prospérait dans les montagnes d'Aubrac


Le monde minéral des sols.
- Le département possède des richesses minérales et métalliques qui pourraient ètre l'objet d'exploitations en grand à l'instar de celles du Hartz en Westphalie et de Freyberg en Saxe.
- On y exploite du plomb argentifère, du cuivre, de l'antimoine, de la litharge, de l'alquifoux, du marbre, du porphyre, du granit et du gypse. La mine de plomb argentifère de Vialas produit de 7 à 800 grammes d'argent par quintal métrique de plomb.
- Il existe dans le pays des mines de fer et de houille, qui ne sont pas exploitées, de la manganèse, du kaolin, etc.
On y trouve des carrières de jais, des cristaux de gypse, des saphirs, etc.
- Après les grandes pluies, le Gardon et la Cèze roulent des paillettes d'or.
- Le pic de Muret offre des traces d'un ancien volcan.

Eaux minérales.
- Le département compte un grand nombre de sources minérales, froides et acidules et de sources thermales.
Les premières se trouvent à Sarrons, près Saint-Chely, à Saint-Pierre, près le Malzieu, à Javols à Colagne, au Mazel-Chabrier, au Mazel-de-Laubies au roc de Saint-Amans à Laval-d'Auroux, à LavaI-d'Atger, à Quezac, à lspagnac, à Florac, etc.
L'analyse chimique range ces diverses eaux parmi les eaux gazeuses et martiales. Elles contiennent toutes de l'acide carbonique, et sont apéritives et toniques.
- Saint Léger-de-Peyre possède plusieurs sources d'eau cuivreuse que les habitants regardent comme purgatives e qui causent  à ceux qui en boivent quelques verres de violents vomissements.
Les eaux thermales et sulfureuses de Bagnols- les- Bains sont depuis long-temps connues.
- On a crée , il y  a peu d'annees, un établissement thermal à  La Chaldette, commune de Brion, arrondissement de Marvejols. Les eaux y sont d'une nature analogue à celles de Bagnols.

Les produits du terroir,
Il s'agit de v√©ritables fabrications fermi√®res produites sur des exploitations contr√īl√©es et agr√©√©es par la Chambre d'Agriculture.

Les agriculteurs labellisés "Bienvenue à la ferme" vous accueillent dans les meilleures conditions pour vous faire décourvrir plus de 130 spécialités lozériennes.

Vous pourrez découvrir la production traditionnelle des montagnes que sont les charcuteries, les fromages ou les miels, jusqu'à des fabrications plus originales ou plus confidentielles de produits gourmands ou de savoirs culinaires.

Le Forum des terroirs
Une joyeuse promenade dans le monde de l'agriculture pour donner envie de découvrir et de comprendre.

Son concept original passe par l'utilisation du multimédia, du spectacle, du jeu, de l'affichage et de l'image.

Juillet-Ao√Ľt : Ouvert du lundi au Vendredi, 10h, 14h, 16h.
Hors saison : Ouvert du mardi au jeudi, 10h, 14h, 16h.

Informations et réservations au 04.66.65.62.00

La Loz√®re conna√ģt la valeur des produits o√Ļ la tradition se r√©v√®le, toujours g√©n√©reuse, authentique, parfum√©e. Sa cuisine est n√©e du terroir dans le respect des traditions ancestrales. Ici, il faut go√Ľter √† toutes les charcuteries de montagne, jambons, saucissons, caillettes et aux champignons que produit chaque saison la nature.

Le sanglier des Cévennes mérite sa réputation, les lièvres, lapereaux et pigeonneaux relevés au genièvre sont savoureux. En lozère, pays d'élevage, les viandes sont excellentes.

Dans les Causses, on aime les truites des torrents, l'aligot , la pur√©e de pommes de terre et de tome fra√ģche relev√©e √† l'ail ou le p√©lardon, fromage de ch√®vre parfum√© aux herbes.

Des tables les plus prestigieuses aux merveilleuses auberges de village, partout la cuisine de Lozère est un moment de bonheur.